Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les actualités sur le projet

Publié le

Nouvelle feuille de déroute du CESC

Pour la 5ème fois, ce 27 juin 2017, la justice (Tribunal Administratif de Grenoble, et Cour d’Appel de Lyon) a donné raison aux opposants Au projet Mégalo d’un nouveau centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny.

Commenté dans un article du Faucigny, le 6 juillet 2017

_____________________________________________________

Et un septennat de perdu !

Déjà un septennat de gaspillé en temps et en argent public !

Mrs Rigaut et Accoyer, cessez de vous asseoir sur les décisions de justice.

Qu’en pense le Faucigny du 6 juillet 2017 ?

____________________________________________

Vous avez dit surface ?

MRS Rigaut et Accoyer disent : Extension limitée de l'urbanisation (en clair, moins de 10%),

Le tribunal administratif de Grenoble répond :

- 48 % d'augmentation de la surface au sol.

- 161 % d'augmentation de la surface de plancher.

Qui se moque de qui ?

Voir l'article du Faucigny du 6 juillet 2017

 

______________________________________________________________

LETTRE OUVERTE

 

 

Mesdames et messieurs les conseillers du Grand Annecy,

 

 

Le Projet de CESC sur la presqu’île d’Albigny n’est pas d’utilité publique : il ne respecte pas la « loi Littoral ». Les juges n‘ont pas cessé de le répéter depuis 2012 ; la dernière décision du 27/06/2017 est la cinquième dans le même sens.

 

Combien va-t-il falloir encore de décisions de ce type pour mettre un terme à l’obstination de ceux qui veulent à tout prix réaliser un projet illégal ? Pourquoi continuer de défendre ce projet contre vents et marées ?

 

Mise à part l’action de quelques élus courageux, est-il normal que ce soit la société civile qui se batte, avec ses propres moyens, pour faire respecter la loi ? N’avez-vous pas votre mot à dire ?

 

Qu’attendez-vous pour réagir à l’hémorragie de dépenses publiques de toutes sortes qui ont été consacrées à ce projet durant presque 7 ans ? Près de 10 millions d’Euros !

 

Et vous les « nouveaux » conseillers du Grand Annecy, que pensez-vous de ce projet illégal qui vous a été imposé ?

 

Vous êtes tous, plus que jamais, en droit d’exiger des comptes au nom de vos électeurs !

 

Ne trouvez-vous pas qu’il est grand temps de passer à autre chose ?

 

Nous en appelons à votre sens des responsabilités.

 

Nous comptons sur vous.

 

 

Annecy, le 29/06/2017

La cour administrative d'appel de Lyon devra trancher

Journal France 3 du 30 juin 2017 (vidéo en milieu de page)

Devant cap Périaz le 29 juin

Devant cap Périaz le 29 juin

Le Tribunal Administratif de Grenoble annule la Déclaration d'Utilité Publique

Article de France bleu Pays de Savoie

Article du Dauphiné Libéré

Article de librinfo74

Texte du jugement

Rendez-vous à cap Périaz, jeudi 29 à 17h30. Lire l'article ci-dessous.

_______________________________________________________________

 

CESC : hourra ! La DUP est annulée.

Bonsoir à tous,

C’est avec une grande joie que nous vous annonçons que le tribunal de Grenoble a reconnu aujourd’hui (27 juin 2017) que le projet de CESC sur la presqu’île d’Albigny n’était pas d’utilité publique et a annulé la Déclaration d’Utilité Publique en invoquant la violation du principe d’extension limitée de l’urbanisation.
Il s’agit de la récompense du travail de nombreuses personnes depuis 6 ans et demi qu’elles appartiennent à des associations (Frapna, ALAE, Amis de la Terre), au collectif du blog « défense de la presqu’île d’Albigny » ou aux élus courageux qui se sont toujours exprimés contre ce projet, sans oublier les milliers de citoyens, experts ou pas qui n’ont pas manqué de répondre à l’enquête publique, signé les pétitions et/ou contribué financièrement.

Le Grand Annecy ne peut donc plus déposer la moindre demande de permis
de construire ni même tenter d’acquérir le foncier nécessaire à la réalisation du projet. Retour au point de départ du dossier pour les porteurs du projet qui se sont obstinés à l’imposer au mépris des trois précédentes décisions juridiques (annulation du PLU d’Annecy-le-Vieux 2012, appel 2014, rappel du respect de la loi Littoral dans le jugement contre le ScOT 2016).

La question est simple maintenant : ce jugement sans appel (dans l’argumentation) va t-il suffire à les faire renoncer ? Où vont-ils continuer encore longtemps à gaspiller les finances publiques ?

Qu’en pensent les élus du Grand Annecy ?

Nous leur demanderons en venant à leur rencontre au dernier conseil de jeudi au cap Périaz.

Nous serons là bas dès 17h30 et nous vous invitons à venir nous retrouver avec votre tee-shirt de « Sauvons la presqu’île ».

Peut-être même qu’il y aura un coup à boire.

Amicalement
Patricia

____________________________________________________________

 

Audience hier du recours contre l’arrêté de DUP

Bonsoir à tous,

Hier, 13 juin, a eu lieu à Grenoble l’audience concernant le recours contre l’arrêté de la déclaration d’utilité publique déposé par la Frapna, ALAE et les Amis de la Terre.

Plusieurs d’entre nous avaient tenu à être présents pour ce moment important de notre combat et soutenir notre avocat Maître Cofflard.

Même si nous ne pouvons présager de la décision des juges, je ne résiste pas au plaisir de vous dire que les conclusions du rapporteur public allaient dans notre sens c’est à dire à l’annulation de l’arrêté de DUP. Le principal motif : il ne s’agit pas d’une extension limitée de l’urbanisation.

Les avocats de la partie adverse ont défendu que la presqu’île était un espace urbanisé et que nous n’avions pas d’intérêt pour agir car il n’y avait pas d’enjeu environnemental ...

Notre avocat a mis en évidence le non respect des décisions juridiques par la C2A qui continue d’affirmer que la loi littoral est respectée (malgré plusieurs jugements) et qui a conclu une vente amiable le 15 décembre au mépris de la décision judiciaire du 1er décembre qui suspendait le projet.

Attendons maintenant la décision…

Les actualités sur le projet

_________________________________________________

Les Amis de la terre France samedi devant la villa Abeille

Chers amis de la Presqu’île,

Vous vous souvenez de ce fameux samedi 03 juin où nous vous avions donné rendez-vous pour faire une photo souvenir devant la villa Abeille et où il tombait des cordes ?

Vous pensiez peut-être que c’était annulé en raison du temps ….

Et bien nous étions là et la majeure partie du groupe « terrain » aussi. Allez voir les photos sur notre site http://amisdelaterre74.org/ecrire/?exec=article&id_article=684#

Vous ne le saviez pas que rien ne nous arrête ?

Amicalement
Patricia Jarno

Rien ne nous arrête !

Rien ne nous arrête !

___________________________________________________________________

Centre de congrès: l’Agglo se pourvoit en cassation devant le Conseil d’Etat

Info relevée dans l'Essor Savoyard.

___________________________________________________________

Le tribunal administratif suspend la DUP

Où comment Rigaut minimise notre victoire....et où Bernard Accoyer nous accuse de "harcèlement juridique".
Ce n’est pas un coup d’arrêt pour le projet, mais cela va le ralentir fortement. Le tribunal administratif de Grenoble a rendu sa décision jeudi 1er décembre en fin de matinée : la déclaration d’utilité publique (DUP), signée par le précédent préfet de la Haute-Savoie, Georges-François Leclerc, dans le cadre de la construction du centre de congrès d’Annecy, a été suspendue. Malgré l’avis défavorable du commissaire enquêteur en mai dernier sur le lancement d’une DUP, le représentant de l’État est allé contre cet avis, estimant que le projet respectait la loi Littoral. Une nouvelle qui n’a pas surpris Jean-Luc Rigaut, maire de la ville et président de la communauté d’agglomération d’Annecy (qui porte le dossier). « On s’y attendait. Dans 99,99 % des cas, le tribunal prend toujours ce genre de décision. Il a tranché sur la forme et non sur le fond. Mais cela ne veut pas dire que le projet est abandonné, il est simplement retardé », a-t-il prévenu. Du côté des associations, c’est une première bonne nouvelle dans leur combat, qu’elles mènent depuis plus de six ans maintenant.

______________________________________________________________

Les actualités sur le projet

ET MAINTENANT QUE PEUT-ON FAIRE ?

Nos amis de Défense de la presqu’île viennent de réaliser une intéressante vidéo qui résume la situation du projet de centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny, son historique et les principales objections présentées par les opposants

L’actualité nous a conduits à exercer rapidement un recours hiérarchique contre l’arrêté préfectoral du 12 septembre 2016. Il a, en effet, déclaré l’utilité publique du projet de la C2A alors que la commission d’enquête publique, nommée par le tribunal administratif, avait conclu le 2 mai 2016, qu’il ne l’était pas. Pour mémoire, la quasi totalité de la C2A avait aussi décidé le 23 juin 2016 de passer outre cet avis, rejetant du même coup, avec un total mépris, l’expression et les arguments de l’opposition d’une part croissante de la population.

Mais nous ne pouvons nous limiter à ce seul recours et c’est devant le tribunal administratif de Grenoble que l’arrêté préfectoral sera, par la suite, contesté. Aucune expropriation (qu’autorise l’arrêté préfectoral) ne doit être prononcée !

Les trois associations environnementales de Haute-Savoie (FRAPNA, Lac d’Annecy Environnement et Les Amis de la Terre en Haute-Savoie) déterminées à porter devant les juges leur désaccord sur ce projet inutile et néfaste peuvent, en tant que telles, agir en justice.

Les plus hauts responsables de la C2A nous ont déjà démontré leur détermination à l’occasion des recours précédents liés à ce projet (PLU d’Annecy le Vieux, SCoT du bassin annécien).

Si notre détermination est au moins aussi forte que celle qu’ils affichent, une différence essentielle nous distingue de nos adversaires : nous n’avons pas le pouvoir de puiser sans retenue dans les fonds publics pour assurer la défense de nos arguments !

Au bout de 6 ans d’opposition, la parole est plus que jamais donnée à la justice. Ce qui implique une  participation financière de chacun d’entre nous au financement des frais engagés : « Les petits ruisseaux font les grandes rivières ».

Naturellement, nous continuerons à vous tenir régulièrement informés de l’exact emploi des fonds récoltés.

En dépit des messages trompeurs de la communication omniprésente de la C2A, il est toujours possible d’agir : nous ne voulons pas de centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny !

IMPORTANT : Pour vos adhésion/dons, merci de vous reporter-vous au chapitre « AIDE » de ce blog.

Plus d’informations sur :

 - Le volet «centre des congrès» du site des Amis de la Terre 74.

- Le blog du collectif  « contribuables et citoyens ».

- Le volet du site  de la FRAPNA consacré au centre des congrès d’Annecy.

_________________________________________

_____________________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________

Les actualités sur le projet

Centre des congrès : les Amis de la Terre demandent aux élus de redescendre sur terre

Interview de Patricia Jarno par Librinfo74

Les actualités sur le projet

Patricia Jarno n'est pas forcément surprise suite à la décision du préfet de valider la DUP du centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny dont la réalisation est loin d'être effective

« Je suis plutôt surprise de la proximité des deux nouvelles. Tout d'abord la ministre (Ségolène Royal) et la secrétaire d'Etat à l'environnement, après avoir été alertées par le collectif, interpellaient le préfet sur le bien-fondé du projet et sa légalité. Quinze jours après, ce dernier décide de valider. Étonnant.  Donc, on n'est pas surpris de sa décision, car on savait déjà qu'il était pour le projet en validant auparavant l'avis de l'autorité environnementale avant la DUP. Il ménage la chèvre et le chou en voyant si la loi littorale, au niveau du permis de construire, est respectée. »

Après l'épisode DUP, le feu vert pourrait être donné afin d'obtenir les terrains des sept propriétaires de la presqu'île. Lesquels refusent de partir.

« On va attaquer cette DUP », déclare tout de go Patricia Jarno. Et de poursuivre. « On avance 17 arguments pour dire que ce n'est pas d'utilité publique, parmi lesquels le coût des inconvénients supérieur au coût des avantages, et l'opportunité du projet non prouvée. Notre attaque de la DUP, partant de ces arguments, apparaît indiscutable. »

Pour la présidente des Amis de la Terre, la situation joue en leur faveur grâce aux éléments de la commission d'enquête. « Que de temps perdu ! » s'exclame Patricia Jarno. « De novembre 2010, date de la décision de bâtir ce centre jusqu'à aujourd'hui, cela fait quatre à cinq ans de travail sur le dossier. Le citoyen est pris en étau par le fait qu'il doit aider à payer les recours, plus les frais d'avocat de la partie adverse (élus), la communication sur le centre de congrès et le déficit de l'Impérial Palace. Cela fait beaucoup. Sans compter le budget qui augmente au fil des ans. »

   Et maintenant, mobiliser encore plus

Les Amis vont multiplier les stands afin de récolter des dons pour subvenir à tous ces besoins et alimenter la mobilisation. « On a vu une belle présence du public lors de notre manifestation au week-end du patrimoine. Les gens ne comprennent pas pourquoi le préfet a accepté. Ils sont remontés et les soutiens affluent. »

Il faut rappeler les 16 000 signatures recueillies par la pétition dont n'ont pas tenu compte les élus, et les 2574 suffrages contre pendant l'enquête d'utilité publique, restés également lettre morte.

« Comme il y a absence de concertation, ça va se jouer au juridique. Je rappelle que notre banderole a été arrachée par un élu, sous témoin, à l'issue de l'avant-dernier conseil d'agglomération. On a porté plainte pour vol. De notre côté, nous sommes irréprochables en ce qui concerne l'éthique. »

Par conséquent la DUP va être attaquée (après les recours en cours contre le SCOT, contre la délibération d'avril 2015 pour un coût 15% plus élevé de la construction). Les parties opposantes auront deux mois dès lors qu'elle sera rendue publique et après que la décision du préfet (pour l'instant seulement connue par la presse) sera publiée.

« Nous augmentons la contestation, notamment à travers une conférence gesticulée qui aura lieu en fin d'année à propos des grands projets inutiles. Et on peut empêcher juridiquement la démolition de la villa Abeille. »

Patricia Jarno, battante, et les Amis de la Terre, s'en tiennent aux faits. Elle bondit de sa chaise quand elle rapporte les faits verbaux et propos qu'elle qualifie d'outranciers de Bernard Accoyer (« Les opposants tuent la France »). « Je vais aux faits, contrairement à Monsieur Accoyer et l'absurdité de ses propos. Que les élus redescendent sur terre. »

__________________    Librinfo74     _______________________

Samedi et Dimanche 17 et 18 Septembre, RV devant la maison Abeille à partir de 15h...

DUP : Les Amis de la Terre sont prêts !

Nouvel épisode concernant le centre de congrès. Notre satisfaction d’avoir été entendus par les ministres aura été de bien courte durée. 
Hier soir, nous avons appris la signature de la DUP par le préfet de Haute-Savoie, présentée comme une bombe. Ces arguments ne nous ont pas semblés plus convaincants que ceux avancés par la C2A et l’utilité publique n’a toujours pas été démontrée.
Pour notre part, même si nous avons été surpris par la succession rapide des deux annonces, nous avons depuis longtemps envisagé cette éventualité et nous sommes prêts à relever ce nouveau défi. 
Le tribunal que nous allons saisir appréciera.
Si les porteurs du projet espèrent nous décourager dans la poursuite de la défense de la presqu’île d’Albigny, ils se trompent une nouvelle fois. 
Dès ce week-end, à l’occasion des Journées du Patrimoine des 17 et 18 septembre, nous vous invitons à venir nous rejoindre devant la Villa Abeille entre 15 et 18 heures pour une visite guidée du site impacté par le projet. Départ toutes les 1/2 heures. Et nous serons là pour vous fournir des informations sur les recours futurs et en cours.

Amicalement

Les actualités sur le projet
Les actualités sur le projet

_______________________________________________________________________

Communiqué de presse du 06/09/2016

DEVOIR DE RENTREE POUR LE PREFET

 

Les Amis de la Terre se réjouissent d'une nouvelle étape positive dans la défense de la presqu'île d'Albigny.

En effet, à la demande de deux ministres, le Préfet de Haute-Savoie doit rédiger un rapport sur l'état précis du projet tant au niveau de la légalité que de son utilité publique. Et dans l'attente, il doit surseoir à toute décision concernant l'avancement du projet de centre de congrès.

Un coup dur pour ceux qui croient encore à la réalisation de ce projet, et de quoi regonfler le moral de tous les opposants en ce début septembre !

Dès le mois de mai, à la suite des déclarations de Mrs Rigaut et Accoyer qui entendaient passer outre l'avis défavorable de la commission d'enquête publique sur la DUP, les Amis de la Terre pour leur part avaient alerté les ministres concernés.

Une autre lettre avait été envoyée à Ségolène Royal suite au scandaleux déroulement du conseil d'agglo du 23 juin dernier et des propos outranciers voire outrageants à l'égard de citoyens soucieux de l'intérêt général et de l'application de la loi.

Il semble que les ministres soient plus à l'écoute que nos responsables locaux du bassin annécien.

Dans tous les cas, nous poursuivons avec détermination notre opposition à ce projet qui nous amènera probablement à engager de nouveaux recours.

  Les Amis de la Terre en Haute-Savoie

Les actualités sur le projet
Les actualités sur le projet

______________________________________________________

Pour les responsables du Festival du Cinéma d'Animation, il existe des alternatives

A un centre de congrès sur la Presqu'île

Les actualités sur le projet

Le festival du film d'animation est régulièrement cité par la C2A comme l'évènement annuel majeur d'Annecy, dont les responsables de la C2A prétendent qu'il risquerait de se délocaliser sans la construction d'un nouveau CESC sur la Presqu'île d'Albigny.

Pourtant, dans un article de l'Essor du 7 juillet, intitulé " Le Festival d'Animation a besoin de nouveaux moyens d'accueil", deux responsables de l'organisation du Festival du film d'animation avancent des solutions alternatives, dont ceux qui se battent depuis 5 ans contre le projet, n'avaient encore jamais entendu parler.

Il faut dire qu'il y a urgence à les mettre en application: la Chine sera l'invitée d'honneur du festival en 2017, alors que le nouveau Centre de Congrès ne sera pas ouvert, puisque des procédures sont encore en cours. 

Et si la construction commençait finalement dès l'année prochaine, les participants auraient un gros chantier, en guise de cadre enchanteur sur la Presqu'île !

Finalement, ces solutions d'urgence pourraient se révéler bien préférables au projet de nouveau CESC, pour un coût moindre, et en évitant l'expropriation d'habitants de la presqu'île qui ne souhaitent pas vendre leurs propriétés.  

Quelles sont ces propositions ?

1 - Pour accueillir les entreprises et les écoles (il n'est pas ici question de "congressistes haut de gamme"), il pourrait être ajouté un étage au chapiteau.

2 - Pour la partie centre de congrès, ils pensent simplement à la rénovation du CESC de l'Impérial.

3 - Pour le besoin d'une nouvelle salle de cinéma, ils suggèrent qu'elle pourrait être aménagée dans le manège des Haras, pendant la durée du Festival.

(Le tout a peut-être été présenté devant F Hollande, comme pourrait le faire croire la photo de l'article ? Aucune allusion cependant dans le reste de l'article). 

Par rapport à un coût de plus de 54 000 000 € (en réalité plus de 80 000 000), quelle économie ! Et on ne démolirait pas la villa le Sud, on n'exproprierait pas des familles installées depuis plusieurs générations, on ne couperait pas 40 grands arbres voir plus.... 

La conclusion de l'article, qui reprend celle des responsables, est réjouissante : "il est essentiel de répondre aux besoins et à la capacité d'accueil, en optimisant les choses. On a des solutions acceptables et non démesurées"...

Il semble bien que ces responsables partagent certains avis critiques des commissaires-enquêteurs et des opposants ! 

Nous confirmons : ces propositions sont bien "acceptables et non démesurées"... contrairement aux affirmations des promoteurs, il n'y a pas QUE la possibilité de construire un nouveau CESC sur la presqu'île. 

Conclusions 

Il y a urgence, pour l'année prochaine, à ce que ces solutions soient mises en place, et si elles conviennent, pourquoi ne seraient-elles pas pérennisées ?

Que penseront le Préfet et les juges de ces intéressantes suggestions, faites par des responsables du Festival le plus renommé du Bassin Annécien, et qui ne sont pas des opposants soi-disant "violents et contre tout", ainsi que Mr Accoyer qualifie tous les citoyens qui n'approuvent pas son projet de CESC.

Ce qui vaut pour le Festival, vaudrait pour les congrès en général.

Enfin des propositions nouvelles réalistes et objectives, offrant un possible compromis acceptable par tous.

______________________________________________

Une mise au point sur le dossier de

Centre de Congrès

Les actualités sur le projet

A) Où en sont les procédures, en ce début juillet 2016 ?

1°) Les résultats des recours (globalement positifs pour les opposants).

Le recours contre le PLU d’Annecy-le-Vieux  a obtenu :

- le rejet par le Tribunal administratif de Grenoble du classement voulu par la municipalité pour l’espace choisi pour le projet, ainsi que le rejet pour le non classement de groupes d’arbres significatifs

- puis le rejet en appel par la Cour d’Appel de Lyon pour les mêmes raisons.

Le recours contre le SCOT, s’il a débouché sur un avis favorable du TA de Grenoble est assorti d’un rappel du juge au respect de la loi littoral.

Nous attendons le résultat des appels contre le jugement du SCOT, contre le vote de la C2A du 9 avril 2015 concernant  l’ « avenant » (augmentation excessive des coûts).

2°) Le résultat de l’enquête publique pour la DUP :

La commission d’enquête, constituée de 3 commissaires enquêteurs, a donné un AVIS DEFAVORABLE au projet.

MAIS le Président et le Vice Président de la C2A,  méprisant la loi et les conclusions des juges et des commissaires enquêteurs, continuent de manipuler grossièrement l’information, de lancer des provocations en direction des opposants, affirmant  que cette construction se fera, à grand renfort de communiqués dans la presse et les magazines …  démontrant au passage leur méconnaissance  du dossier

 3°) Le  vote de l’intérêt  général du  projet  au dernier conseil d’Agglo

Dans la suite logique de leurs déclarations, ils ont fait voter l’intérêt  en conseil d’Agglo, ce dont certains se sont émus.

Rien d’anormal cependant; c’est l’enchaînement normal de la procédure d’une DUP… qui présente une avancée certaine quand la commission d’enquête a émis un avis favorable, mais dans le cas présent, l’avis est défavorable !!

B) Le rôle du Préfet

Ensuite,  après la prise en compte de ce vote, le Préfet pourra décider ou non de lancer la DUP : c’est sa décision qui est importante. Or, le Préfet représente l’Etat, et doit donc faire appliquer la loi et apprécier objectivement les conclusions des procédures.

 Que fera le Préfet ?  Nous ne pouvons pas l’anticiper.

 Mais comment imaginer que, sans état d’âme, il accédera simplement à la volonté des responsables de la C2A ? Qu’il puisse balayer d’un revers de main, l’avis des juges et des commissaires enquêteurs ?

Au final, Mrs Rigaut et Accoyer ont beau marteler leur volonté de voir se construire le centre de congrès sur la presqu’île, tenter de faire croire que « la minorité agissante est violente, et fait peur aux élus », faire voter ce qu’ils veulent par leurs listes aux ordres, ils ne pourront pas indéfiniment bafouer la loi.

Notre opposition est sans faille, elle a déjà remporté des victoires qui mettent à mal le projet d’un point de vue légal.

Les résultats obtenus sont encourageants, il faut continuer sans relâche d’affirmer notre détermination … qui nous amènera certainement à engager de nouveaux recours, que nous pourrons gagner grâce à la participation active et conjuguée de tous les opposants.

_________________________________________________________

Les actualités sur le projet

PLAINTE DEPOSEE CONTRE LE MAIRE D’ANNECY SAMEDI
 

Comment qualifier l’attitude de Jean Luc Rigaut, président de la C2A à l’issue de la précédente session du 19 mai ?

A notre sortie, nous n’avions pu que constater la disparition de nos banderoles placées à l’extérieur du Météore à Meythet.
Après quelques recherches, un témoin nous a déclarés formellement avoir reconnu monsieur Rigaut en compagnie d’une élue arracher rapidement nos banderoles et les emporter avec lui. Nous avons d’abord préféré lui écrire directement pour les lui réclamer. Mais il n’a même pas daigné nous répondre...

Nous avons donc porté plainte samedi pour vol contre le président de la C2A.

Cet acte n’est pas seulement un délit, il est aussi une atteinte grave à la liberté d’expression.

Les actualités sur le projet

STREAPTEASE IMPOSE A LA PORTE DU CONSEIL DE LA C2A JEUDI

Comment qualifier ce que nous avons vécu jeudi dernier au Cap Périaz lors de la dernière session de la C2A le 23 juin, relayé par Fabienne Grebert ?

Nous avions suggéré au public de venir avec le tee-shirt « Sauvons la presqu’île d’Albigny ». Sur place nous avons remis à chacun une feuille de papier sur laquelle était inscrit « Intérêt général ? Pour qui ? », et demandé de la brandir à l’arrivée de chaque élu.

Nous avons été très surpris d’être accueillis par un service d’ordre impressionnant. Leur mission ? Rassurer les élus qui paraît-il « entrent désormais en réunion la peur au ventre » (dixit Bernard Accoyer) ? Les protéger contre toute agression de « la minorité très offensive et très organisée » (selon le même) ?

Cette démesure outrancière a franchi un cran de plus lorsque nous avons comme à l’habitude souhaité assister aux débats publics. Barrant l’accès du bâtiment, les forces de l’ordre ont fouillé tous les sacs et interdit d’entrer à quiconque détenait la feuille de papier précédemment décrite, même pliée. Ridicule !

Plus grave, les personnes ayant revêtu leur tee-shirt « Sauvons la Presqu’île », n’ont pu entrer sans l’avoir enlevé. La stupeur a fait place à l’indignation, l’humiliation à la colère. (Information relayée par Librinfo74)
Devant les caméras de télévision, sous la température caniculaire de ce jour là, les porteurs de seuls tee-shirts ont donc du, en public, se dévêtir et renfiler leur vêtement….à l’envers, tout « signe distinctif » ayant alors disparu !!!

Plus tard, Mr Accoyer a lancé des propos volontairement provocateurs et totalement outranciers, en direction des opposants au centre de congrès.

Mais le public a été exemplaire et a su se contenir devant de telles marques d’un pouvoir autoritaire décidément aux abois.

Pourquoi de tels agissements alors que le projet a été sans surprise déclaré d’intérêt général lors du vote des conseillers d’agglo ?
Auraient t-ils au fond des doutes sur l’aboutissement du projet ?

Quoiqu’il en soit, et quoiqu’il leur en déplaise, intacte est notre détermination à poursuivre l’opposition au centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny.

______________________________________________________________

Devant Cap Périaz le jeudi 23 juin 2016

Devant Cap Périaz le jeudi 23 juin 2016

L’INTERET GENERAL ? POUR QUI ?

Nous étions au conseil d’agglo ce jeudi 23 juin à CAP PERIAZ pour assister aux « débats »sur le point 12 de l’ordre du jour : l’adoption d’une déclaration de projet portant sur l’intérêt général du projet.

Nous réclamerons ce que chaque citoyen est en droit d’attendre : l’argent public doit être dépensé dans l’intérêt général de tous et pas d’une poignée. Chaque euro dépensé doit être un euro utile.

Or le rapport de la commission d’enquête a clairement affirmé que l’opportunité du projet n’était pas avérée. C’était sans compter sur le fait que le maître d’ouvrage ne tient aucun compte de cet avis consultatif.

Nous sommes scandalisés du mépris avec lequel est traité la commission d’enquête après le travail phénoménal qu’elle a effectuée  : rapport de 115 pages, 18 conclusions négatives et 180 questions posées au maître d’ouvrage dont les réponses ont permis d’aboutir à cet avis défavorable.

Nous sommes scandalisés du mépris avec lequel sont traités tous ceux qui ont répondu à cette enquête, seule possibilité pour eux de s’exprimer sur le projet. Taxés d’"activistes" par Bernard Accoyer qui en un mot réduit l’opposition à un bloc homogène contre tout (contre lui ?).
Les nombreux hommes et femmes qui ont pris la peine de se déplacer, pour exprimer leur opinion, anonymes, simples citoyens, soucieux face à ce projet sont-ils des activistes ? Bernard Bosson est il un activiste ? Sommes nous des activistes ?

Nous nous opposons à un projet que l’on veut faire passer en force en brandissant l’alibi économique et social.

L’absence de concertation depuis 2012 a été affirmée par la commission d’enquête dès sa première conclusion. 
Interrogé sur l’absence d’un débat contradictoire, le maître d’ouvrage répond. (p44 rapport de la commission d’enquête) : « cette procédure n’est pas obligatoire. Le choix retenu a été de procéder à un processus d’information continu tout au long de la conception du projet. »

L’information n’est en aucun cas de la concertation. Et ce n’est pas en assistant aux réunions publiques ni en lisant le journal de l’agglo, que le citoyen pouvait se faire une vision claire et précise du projet de CESC. Informer réellement la population, a constitué notre première tâche depuis 5 ans.

N’aurions nous pas le droit de nous exprimer et de remettre en question un projet à partir du moment où il es présenté par des élus ? 
N’oublions pas que Mr Rigault a été élu avec moins de 50 % de participation (7331 voix) et Mr Accoyer 53 % (4933 voix). A eux deux, il ne totalise pas le nombre de signatures que nous avions obtenus à notre pétition. Leur légitimité est toute relative.

Elle ne les empêche pas de respecter la loi et les jugements.
Or leur déclaration d’intérêt général ne comporte aucune mention des jugements rendus et procédures en cours.
Le jugement définitif de la CAA de Lyon du 23 février 2016 a réaffirmé le principe d’extension limitée de l’urbanisation et la protection des parcs et espaces boisés les plus significatifs.
Le jugement de la Cour administrative de Grenoble du 26 septembre 2015 indique clairement que l’on ne peut se retrancher derrière le ScOT pour se dispenser du respect de la loi Littoral.

Nous étions présents ce soir. L’intérêt général ? Pour qui ?

_______________________    Patricia Jarno     ____________________________

A en croire cet extrait du PV du Bureau de la Communauté d’agglomération tenu le 13 mai 2016, présidé par M Rigaut, des informations de la plus haute importances vont être communiquées lors du prochain conseil d'Agglo. En effet, chacune des 18 objections des commissaires enquêteurs doit recevoir réponse (suite à un vote ?) !!!

Il sera important qu’un maximum d'opposants accueillent les élus à leur arrivée à la salle de Cap Périaz, à Seynod, le 23 juin, dès 17h30, avec panneaux, voire des échanges verbaux.

VENEZ NOMBREUX.

Mais il sera aussi très important que cet accueil soit correct, et que des incidents comme celui qui s'est produit lors du dernier conseil, ne se reproduisent pas, car cela a surtout pour effet de diminuer notre crédibilité auprès d'un certain nombre d'élus, qui seront appelés à voter, et de faire parler des incidents au lieu des arguments sérieux.

Ce centre de congrès est un sujet grave, notre attitude doit être en concordance avec ce risque pour l'environnement, l'argent public, les problèmes de circulation et de stationnement aggravés, les bords du lac en partie privatisés, le manque de respect de l'avis des citoyens, de l'avis de juges, de commissaires-enquêteurs, etc... 

L'ironie pourquoi pas, mais ce n'est pas la fête !

Les actualités sur le projet

Dates et ordres du jour [mises en ligne dès leur disponibilité] des prochains Conseils communautaires de l'Agglo

Jeudi 23 juin 2016 - 18h - Espace Cap Périaz à Seynod
Mercredi 28 septembre 2016 - 18h - Espace Cap Périaz à Seynod
Jeudi 17 novembre 2016 - 18h - Espace Cap Périaz à Seynod
Jeudi 15 décembre 2016 - 18h - Espace Cap Périaz à Seynod

_______________________________________________________________________

 

"Un coup de pied au derrière"

 C’est ce que mériterait Alain Veyret, vénérable éditorialiste de l’Eco des Savoie, pour son article du 12 mai 2016 qui donne des leçons sur un sujet qu’à l'évidence il ne connaît pas, et qui prétend qu’on se tire " une balle dans le pied " si on se prive d'un nouveau centre de congrès sur la Presqu'île d'Albigny, de près de 10 000 m2, à 40 m du lac, en plus de celui qui existe, éternel déficitaire.

 Visiblement, ce monsieur n'a pas lu une ligne du dossier d’enquête publique sur le projet de centre de congrès, ni du compte-rendu de la commission d'enquête ! Un éditorialiste de cette trempe  ne devrait-il pas connaître ses dossiers, ici plus de 1500 pages??... que les opposants qu’il fustige ont analysés EUX !

 Il ose supposer que le tribunal administratif de Grenoble et la cour d’Appel de Lyon ont rejeté partiellement le PLU d’Annecy-le-Vieux sans raison valable. Que trois commissaires enquêteurs ont passé plus de deux mois à étudier le dossier, et à lire près de 2000 contributions de citoyens pour en conclure n’importe quoi, ou pour embêter deux élus en mal de gloriole. Les enquêteurs ont fait un travail colossal et sérieux, qui mérite le respect, et rien que pour cela il mériterait un coup de pied au derrière !! La soi-disant "minorité agissante" qu'il évoque avait tout de même collecté 16 000 signatures contre le projet: c'est une grande minorité qui s'y oppose !

 La commission d’enquête a relevé 18 arguments qu’elle retient pour donner un avis défavorable. Ce n’est pas une paille.

 En vrac, elle reproche par exemple un évident manque de concertation (pas seulement information et explication !), une accessibilité défavorable, des prévisions économiques et de créations d’emplois reposant sur des études obsolètes ou tronquées, un marché des congrès incertain, une construction prégnante qui annihilerait le paysage, l’expulsion de personnes ne se justifiant pas, etc…  IL Y EN A 18 !

 Les tribunaux et la commission d’enquête sont traités avec un incroyable mépris. Ce monsieur n'est ni juge ni spécialistes des DUP, quelle prétention !! Où quelle mauvaise foi ... il vole au secours des illustres élus qui ont  le moral dans les chaussettes, (en attendant les fameuses tongs !), en mal de soutiens, mais qui s'entêtent toujours autant !

 Quant à l'allusion à Cannes, si Annecy voulait en être une copie (quelle ambition démesurée, après la comparaison avec Deauville !). Evidemment, le festival du dessin animé est un évènement majeur pour l'Agglo, mais encore faudrait-il qu'elle ait le minimum des infrastructures nécessaires à ce genre d'équipement bling-bling. Il manque des parkings, des hôtels de luxes, un aéroport de proximité, etc, et il faudrait que les héros de dessins animés provoquent le même engouement et dépensent autant que les stars people... un phantasme qui ne correspond pas à la réalité! On aime ce paysage et ce lieu exceptionnel, mais cela ne suffit pas..

D'accord, comme il le dit, si "on n'attrapé pas les mouches avec du vinaigre" (quoi que si c'est la "mouche du vinaigre", alias la drosophile...), encore faut-il avoir ce qu'il faut pour les attirer ces mouches-congressistes !

 Chaque projet est à étudier au cas par cas, en profondeur. La comparaison avec le désenclavement du Chablais est ridicule, il n’y a aucun point commun.

 Tant qu'on y est, on pourrait évoquer d'autres exemples, comme celui des anciennes prisons que des élus voulaient démolir, il y a quelques décennies… heureusement qu’ils en ont été empêchés, c'est aujourd'hui un lieu des plus attractifs d'Annecy pour les touristes.

 __________________     Josie     ________________________

Information de dernière minute ...

Les actualités sur le projet

De la part d'Annick !

______________________________________________________

SOYONS NOMBREUX AU CONSEIL D’AGGLO DU 19 MAI 2016 !

 

Bonsoir à tous,

il n’aura pas fallu longtemps pour que le président de la C2A ne reprenne du poil de la bête.... En effet, après le coup de semonce du rapport de la commission d’enquête qui l’avait laissé coi une semaine, nos deux acolytes se retrouvent en pleine page de l’Essor de cette semaine, revendiquant leur détermination intacte pour faire aboutir le projet !
Ont-ils seulement lu en profondeur les conclusions du commissaire-enquêteur pour en faire fi à peine quelques jours après et reprendre leur sempiternelle litanie ?
Et les autres élus, ceux qui ont voté ce projet, qu’en pensent ils aujourd’hui ?
A l’heure où j’écris cette lettre, nous ne connaissons pas l’ordre du jour mais nous avons décidé d’être présents au prochain conseil d’agglo qui aura lieu jeudi 19 mai à 18 heures au Météore,
(27, route de Frangy, Meythet) pour écouter ce qu’il se dit et nous vous donnons RV nombreux dès 17 h30.
Venez avec vos tee-shirts "Sauvons la presqu’île" (Ceux qui n’en ont pas, pourront en obtenir sur place). Faites attention pour vous garer, le parking n’est pas très grand.
Nous organisons un atelier panneaux le mardi à partir de 15 heures à la maison des Associations. Avis aux amateurs...
Merci à ceux qui étaient avec nous dimanche dernier pour fêter l’avis défavorable de la commission d’enquête. A voir l’article sur le site
amisdelaterre74 désormais en fonction que nous vous invitons à découvrir et à faire connaître.
Le CESC est officiellement un projet d’inutilité publique illustré par 18 arguments implacables. Notre présence au conseil d’agglo le rappellera.

Amicalement

_____________________________________________________________

Pique-Nique du 8 mai 2016

Les actualités sur le projet

A l'invitation des Amis de la terre en Haute Savoie, entre 150 et 200 personnes se sont retrouvées devant la préfecture et se sont déplacées vers la presqu'île d'Albigny pour y partager un pique-nique.

Les actualités sur le projet

Le tout dans la bonne humeur et au son de la musique du groupe « au coin de la rue ».

 

Merci à tous ceux qui pensaient devoir fêter avec nous, l'avis défavorable de la commission d'enquête à la demande de déclaration d'utilité publique du projet de CESC.

_______________________________________________________

Voici copie de la lettre ouverte commune envoyée par le collectif de défense de la presqu'île d'Albigny au préfet de Haute Savoie.

Lettre envoyée le 3 mai 2016 en recommandé avec A/R

_______________________   On avance   ________________________

LES COMMISSAIRES ENQUETEURS ONT ENFIN DONNE LEUR AVIS :

 

 AVIS DEFAVORABLE !

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUN DE LA PART DE TOUTES LES ASSOCIATIONS ET MOUVEMENT QUI S’OPPOSENT AU PROJET DE CESC

Les actualités sur le projet

Le CESC n’est pas un projet d’utilité publique !

 

Chers amis,

Nous, nous le savions depuis le début que ce projet n’était pas d’utilité publique et nous n’avions pas cessé de le clamer haut et fort.
Aujourd’hui nous avons été enfin entendus et c’est avec joie que nous avons reçu les conclusions de la commission d’enquête qui a prononcé un avis défavorable et qui reprend largement notre argumentation.
Mais ceci n’a été rendu possible que grâce à vous et à vos 1953 observations !

Et à nouveau un grand merci à tous ceux, associations, individus anonymes ou pas, qui se sont mobilisés.
Certes nous attendons maintenant la décision du Préfet mais nous ne pouvons résister à l’envie de fêter avec vous cette victoire.


Nous vous invitons à nous retrouver dimanche à 11h30 sur le Pâquier au niveau de la préfecture pour une courte marche qui nous permettra de rejoindre ensuite la Villa Abeille où nous pique-niquerons aux alentours.

Amenez votre bonne humeur et un plat à partager. On s’occupe de la musique....
Nous restons convaincus, plus que jamais, de l’utilité publique de notre action !

 

Amicalement


Patricia Jarno

________________________________________________________________

Les actualités sur le projet

Après obtention d'un délai bien justifié pour exploiter les 1953 observations (dont 217 favorables), nos vaillants commissaires enquêteurs émettent, ce 2 mai 2016, un avis défavorable à la demande de Déclaration d'Utilité Publique concernant la construction d'un centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny.

 

Voici un court extrait de leurs « conclusions motivées ».

 

1°) L'opportunité du projet n'est pas avérée.

2°) Le bilan inconvénients – coûts/avantages est défavorable au projet.

3°) La nécessité de procéder à des expropriations ne s'impose pas.

 

Les plus courageux d'entre vous, et/ou ceux qui disposent du temps nécessaire peuvent également consulter « le rapport final », non moins significatif, quant à la faiblesse avérée des arguments présentés par les porteurs du projet.

Il ne faut pas baisser la garde, cet avis n'est que consultatif, et le sens démocratique de nos élus reste à prouver !

_____________________________________________

Vous trouverez ci-joint un article du Monde rédigé par Catherine Quignon sur le marché français des centres de congrès.

Cet article a visiblement inspiré Bernard ACCOYER qui en a repris une phrase, lors de la réunion de la C2A de ce dernier jeudi ;

Il a déclaré, concernant le centre de congrès : " tous les voyants sont au vert ", faisant écho à l’article du journal sur le tourisme d'affaires. Seulement il a oublié de lire la suite : même si la ville de Paris conserve encore sa position de leader, elle est talonnée par les grandes capitales européennes et la concurrence plus lointaine des pays émergents à bas coût.

Il ne s'est pas attardé non plus à comprendre le sens de celle-ci : " Mais toutes les villes n'ont pas les moyens de leurs ambitions. Pour attirer la clientèle d'affaires internationale, on a vu des élus locaux se lancer dans des projets de centres de congrès disproportionnés ". Le taux moyen de remplissage de ces équipements s'élève à seulement 40 ou 50  %. " Si les dessertes en transports et l’offre hôtelière ne suivent pas, ces infrastructures se révèlent difficiles à rentabiliser ",

Que viendrait faire Annecy dans cette galère concurrentielle alors qu’elle n’en a ni les infrastructures routières, ni les facilités de transports, ferroviaires ou autres ?

Que deviendraient les bords du lac défigurés par des élargissements de  voirie condamnées à s'adapter, que deviendrait le poumon vert dont les Annéciens ont tellement besoin ?

Le premier besoin de l’être humain étant de respirer, il y a urgence à se préoccuper de cette première nécessité. Les Annéciens souffrent d’une pollution atmosphérique qui s’aggrave d'année en année.

Comment ne pas s’étonner que la seule réponse des élus semble se focaliser sur la solution la plus chère et la plus absurde : un tunnel ?

Qu’attendent-ils pour mettre des bus électriques ou au gaz, avec plate-forme pour vélos, des abonnements bon marché, tout cela à installer d’urgence, beaucoup moins cher qu'un tunnel...

_________________     Mais qu’attendent-ils?     ____________________

Voici le courrier que nous avons adressé au directeur de l'Eco, et à sa journaliste

Monsieur le directeur,  Madame Patricia Ray,

Dans votre dernier numéro de l' "Eco des pays de Savoie" du mois de mars, vous publiez un dossier qui se veut très informatif sur le projet de centre de congrès, alors qu’il manie la contradiction et les contre-vérités. Les arguments que vous avancez prouvent, contrairement à vos affirmations, que le nouveau centre de congrès serait surtout un gouffre financier. Votre démonstration s’appuie sur trois études, et aucune ne correspond aux annonces mirobolantes de Monsieur Rigaut :

- l'étude Kanopée obsolète, de 2007, donne des chiffres plus modestes que ceux de Monsieur Rigaut, qui n’est pas un spécialiste du tourisme et n'a pas de compétence pour prévoir des retombées économiques ni des créations d'emplois. Ses talents en comptabilité sont tels qu'il a avoué dans les journaux, selon ses propres mots, avoir fait  " un amalgame " qui a conduit à un oubli de 6,5 millions d'euros sur le dernier coût annoncé du projet en avril 2015.

- l'étude Deloitte n’était signalée dans le dossier d’enquête que dans une facture de 66 000 euros et personne n’a pu la lire.

- Coach Omnium a surtout été évoquée par les opposants, stupéfaits d’y découvrir une analyse en contradiction avec les promesses de la C2A car le marché des congrès a chuté depuis 2012, une vingtaine de projets de centres de congrès sont en cours en France, ceux de province sont en difficulté économique, la concurrence est de plus en plus féroce, les séjours des congressistes plus courts, etc...

Le  coût du projet, évalué en avril 2015 à 47 000 000 d'€ HT, entièrement pris en charge par nos impôts ne pourrait qu’augmenter encore fortement, compte-tenu des lacunes du dossier,

Et même si un agrandissement des infrastructures du centre de congrès existant  était " indispensable ", le projet actuel ne respecte pas la loi Littoral au niveau du PLU d’Annecy-le-Vieux (jugement récent en appel auquel vous ne faites aucune allusion).

Il suffirait de prévoir une salle d’exposition de 1 500 m2 (au lieu des 9 860 m2 du projet actuel), et il est tout-à-fait possible de la construire de l'autre côté des avenues d'Albigny ou du Petit-Port, ou en souterrain, avec un coût bien moins élevé que celui du projet actuel.

Nous vous prions d’agréer, Madame et Monsieur, l'expression de notre considération.

_________     Pour la presqu'île d'Albigny  -   Annick et Josie     __________

Une victoire mais encore des risques à combattre

Comme tous les opposants, notre association se réjouit de ce dernier jugement, qui était indispensable, et nous restons persuadés que normalement, ni le SCOT, ni la DUP ne devraient être acceptés. Mais il vaut mieux que vous tous, qui nous soutenez, vous prépariez à nous voir porter d'autres recours ; en effet :

1°) Le PLU d’Annecy-le Vieux, une victoire :

Après le TA, la CAA nous donne raison sur l’illégalité du zonage du site en UTL2, et sur le non classement de  « groupes d’arbres significatifs » : c’est une victoire, indispensable pour la suite.

Mais la C2A a prévu une série de parades, évitant de se référer à ce jugement.

En ce qui concerne le zonage (UTL2), pour lequel elle n’a pas fait appel, elle a anticipé de passer outre ce jugement par 3 opérations :

  •    Le SCOT en raisonnant sur un « développement économique » pour un vaste territoire, elle espère éviter d’avoir à appliquer la règle de l’extension limitée sur le seul terrain d’assiette comme le fait le PLU.
  •    La DUP qui, si elle était approuvée, permettrait  de mettre en œuvre la procédure de :
  •    « MISE EN COMPATIBILITE » des PLU… tout était prêt dans le dossier d’enquête pour la mise ne compatibilité des 2 PLU (en se passant de nouvelles enquêtes publiques).

2°) Rappels sur les SCOT

Réponse du ministère de l’Ecologie de l’Energie du Développement Durable et de la Mer (23/09/2010), à une question du sénateur Jean Bizet (29/04/2010) :

« Par ailleurs, si l’urbanisation est conforme au SCOT, l’extension limitée de l’urbanisation n’est plus subordonnée à des critères de configuration des lieux ou à l’accueil d’activités économiques exigeant la proximité de l’eau (cf. art. L 146-4-II du code de l’urbanisme).

Extraits du Gridauh  « Ecriture des PLU », fiche 2,

«  2 -   Dans quelle mesure la présence d’un SCOT fait-elle écran à l’application des dispositions particulières au littoral … :

Lorsqu’un SCOT est en vigueur, l’article 111-1 CU dispose qu’il devient le seul document de référence du PLU. Ni les dispositions particulières au littoral, ni les dispositions d’une directive territoriale d’aménagement ne lui sont opposables ».

Donc, il est très important de démontrer, dans tous les documents, que le site ne fait pas partie d’un quartier urbanisé étendu, mais de l’entité plus restreinte, peu urbanisée, et proche du lac, de la Presqu’île.

Heureusement, le SCOT approuvé par le TA a fait l’objet d’un appel de l’avocat des Amis de le Terre  auprès de la CAA de Lyon, et il n’a rien oublié.

3°) La DUP et la mise en compatibilité des PLU

Dans le dossier d’enquête publique figurent :

- la modification n°2 du PLU d’Annecy, par le conseil municipal, concernant un secteur de l’AVAP classé « parc boisé au bord du lac » (délibération du 16/12/2013, situé sur la partie Annecy du site.

- Le procès- verbal de la « réunion d’examen conjoint de la mise en compatibilité des documents d’urbanisme d’Annecy et d’Annecy-le-Vieux » du 10/09/2015, qui prévoit de classer la partie du site située à Annecy, et une grande partie de celle du PLU d’Annecy-le-Vieux en zone UEa1 «  vocation d’équipement publics ou d’intérêt collectif lié aux activités de tourisme d’affaires et aux expositions, avec un secteur de plan de masse  »… ).

SI la DUP était approuvée, ces changements pourraient se faire à la suite en conseil municipal, sans avoir à refaire deux enquêtes  publiques.

Heureusement, même si le Préfet approuvait la DUP,  on attaquerait cette approbation car les défauts de ce dossier sont graves et nombreux. La DUP reste prépondérante.

____________________________________________________________________

Quel avenir pour le centre des Congrès d'Annecy ?

L'interview de la présidente des Amis de a Terre en Hte Savoie

_____________________________________________________________________

Les actualités sur le projet

Extrait de la page 23 de la pièce I du dossier EP

"IV – ETUDE D’IMPACT (Article 6 – Décret 2006-649) L’étude d’impact globale du projet est fournie en Annexe 3. Résumé non technique :

A la demande et pour le compte de la COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION D’ANNECY – Direction du Développement Economique, GEOTEC a été missionné pour la réalisation de l’étude d’impact du projet de pompe à chaleur sur nappe du Centre d’Exposition, de Séminaires et de Congrès d’ANNECY (74), situé Avenue de la Mavéria, sur la presqu’île d’Albigny. Afin d’assurer l’alimentation en eau du dispositif géothermique du projet, il est prévu la réalisation : - De 2 puits de pompage d’une profondeur de 25m/TA environ, implantés entre le futur bâtiment et le lac ; - De 2 puits de réinjection d’une profondeur de 20m/TA environ, implantés au Nord-Ouest du futur bâtiment, sur les parkings qui bordent l’Avenue d’Albigny ; - D’un système de by-pass, dimensionné pour le débit maximum ponctuel d’exploitation (125 m3/h) et dirigé vers le collecteur principal séparatif, situé le long de l’Avenue du Petit port. Les débits d’exploitation (pompage et rejet) sont très variables au cours de l’année, en fonction des besoins du bâtiment (entre 10 et 250 m3/h)."

M  Accoyer, vous annoncez, dans votre interview, un rejet maximum de 13 litres par seconde, mais si vous aviez lu la page 23 de la pièce I du dossier EP, vous sauriez que c’est 125 m3/h. Ce qui, si on accepte le fait qu’une heure dure 3600 secondes, fait 34,72 litres/seconde. Je vous entends me rétorquer qu’une petite erreur de 267% ne mérite pas d’être relevée ! Soit, mais la même erreur rapportée au coût « annoncé » du projet nous fait largement dépasser les 100 millions d’€ !

Continuer à nous prendre pour des billes n’augmentera, ni votre crédibilité, ni vos chances de nous imposer votre projet démentiel, M Accoyer !

_______________________________________________________________

Les actualités sur le projet

Que penser de " ce qu’a fait savoir la mairie d’Annecy-le-Vieux " à Isabelle DAVIER journaliste, qu’elle a rapporté à la fin de son article dans le Dauphiné de ce 5 mars, suite au jugement du CAA ?

" La ville en tirera toutes les conséquences pour défendre ses intérêts, notamment ses objectifs de maîtrise de l’urbanisation et de développement économique et touristique du territoire "

On connait déjà  l’objectif du Maire, en particulier, de maîtriser l’urbanisation selon son bon vouloir...
 En effet, que penser de celle-ci ? Extrait de la déclaration de Monsieur Yvon BOSSON adjoint à l’urbanisme à Mathias BESSON journaliste, rapportée dans l’Essor de ce 25 février, concernant le parking " BELLE ETOILE " situé en face de la plage d’ALBIGNY et souvent saturé :

 " On ne s'écarte pas l’idée de construire un jour un parking souterrain. Cela permettrait de doubler ou tripler la capacité. La surface aérienne serait libérée et redéfinie avec des aménagements paysagers..... La Ville souhaite conserver cette zone de respiration, qui est un endroit stratégique pour l'activité économique et touristique.»

Si on comprend bien ce raisonnement : ce qui est au bord  du lac sera construit, par contre ce qui est de l’autre côté de la route sera une zone de respiration avec des aménagements paysagers !!!

________________     Cherchez l’erreur.    _____________________
 

Nous avons le plaisir de vous faire connaître l’Arrêt du 23/ 02/ 2016 de la Cour Administrative d’Appel de Lyon en ce qui concerne la presqu'île d'Albigny, car il nous donne une nouvelle fois raison. (première procédure gagnée précédemment par les associations).

Il renforce même nos positions sur les deux aspects que nous défendons

 le non classement des espaces boisés proche du rivage.

le zonage en UTL2 du site de la presqu'île (en ce qu'il permettrait une extension importante des constructions) parce-qu'il ne respecte pas la loi Littoral.
Citons des extraits du jugement

- du considérant n° 36 :

" ...comportent, malgré la présence de quelques constructions, une importante variété de végétation, mêlant différentes espèces de bosquets et d'arbres plus ou moins imposants, pour certains densément regroupés jusque sur les bords du lac  :  que leur présence s'inscrit en grande partie dans le prolongement des secteurs boisés existant sur le territoire voisin de la commune d'Annecy, également localisés dans des espaces proches du lac et classés en zone Na de son plan d'urbanisme, une partie des arbres bordant l'avenue du Petit Port étant identifiés comme " des alignements d'arbres à préserver " ;

que dans ces conditions, et même si, à l'arrière ...l'urbanisation est dense..., certains des ensembles boisés compris dans ces secteurs sont, compte tenu de leur importance pour l'intégration paysagère des abords de l'avenue du Petit Port, y compris de la presqu'île, et de la proximité du lac et plus généralement, de la configuration d' ensemble de cette partie du territoire communal et de son caractère remarquable....et que quelque soit le sens de l'avis émis à cet égard par la commission départementale de la nature, des paysages et des sites, en ne classant aucun de ces ensemble boisés l'autorité communale a méconnu cette disposition . "
- du considérant n° 45 :

" considérant que la presqu'île,... dans le prolongement des rives du lac classées en secteur naturel, peu densément aménagée, la seule construction importante étant constituée par l'Impérial Palace, et isolée du reste de l'agglomération par l'Avenue du Petit Port; que, dans ce contexte ...la commune d'Annecy-le-Vieux envisage de réaliser un Centre d'Expositions, de Séminaires et de Congrès, susceptibles, compte tenu des possibilités d'aménagement prévues par le règlement d'urbanisme, d'en renforcer significativement l'urbanisation.... que, dès lors, et comme l'a jugé le tribunal, en tant qu'elle porte création des secteurs UTL2 " presqu'ile de l'Impérial" et UTL1 " avenue du Petit Port  " la délibération contestée est illégale ;"

En clair, la CAA confirme donc la décision du Tribunal Administratif de Grenoble qui a annulé la définition en zones UTL 1 et UTL2 ainsi que les possibilités de constructions associées dans le premier recours contre le PLU qu’avaient fait les associations. Donc, nous redonne une nouvelle fois raison.

_________________________________________________________________

Lu sur "www.ledauphine.com" le 04 mars 2016

ANNECY-LE-VIEUX

PLU : la Cour administrative d’appel de Lyon donne raison aux associations.

La partie boisée, entre l’avenue du Petit-port et la rue Centrale est au cœur des jugements de la Justice. Photo Le DL / Ludovic FAVRE

La partie boisée, entre l’avenue du Petit-port et la rue Centrale est au cœur des jugements de la Justice. Photo Le DL / Ludovic FAVRE

Rebondissement de taille dans l’affaire du centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny, qui mobilise les énergies au bord du lac d’Annecy ? Il semble en tous cas que la mairie d’Annecy-le-Vieux prenne l’affaire très au sérieux… Suite au recours déposé par plusieurs associations, le tribunal administratif de Grenoble avait partiellement invalidé le PLU (plan local d'urbanisme) d’Annecy-le-Vieux, sur des points précis. Elle épinglait la non protection des espaces boisés au bord du lac. Mais aussi des zonages (UTL1 et UTL2) dans des espaces proches du rivage, qui ne limitaient pas suffisamment l’extension de l’urbanisation, pour être en accord avec la loi Littoral. Une décision qui avait évidemment satisfait les associations, mais contre laquelle la mairie d’Annecy-le-Vieux avait alors fait appel. Un appel examiné par la Cour administrative de Lyon. Elle a rendu son arrêt le 23 février dernier. Et il semble confirmer le jugement du tribunal administratif, retoquant les espaces boisés, qui auraient dû faire l’objet de protection. Et se prononçant également sur la non pertinence du zonage retenu pour ce qui est de la presqu’île d’Albigny et du petit Port. Quid alors du projet de centre de congrès ? Dans un communiqué, la mairie d’Annecy-le-Vieux précise que « son avocat procède à l’analyse de ce document dans lequel certains points ne satisfont pas la commune. La ville en tirera les conséquences pour défendre ses intérêts, notamment ses objectifs de maîtrise de l’urbanisation et de développement économique et touristique du territoire. »

___  M Accoyer, M Rigaut, Les recours sont-ils vraiment derrière vous ?  ___

Bonjour à tous,        

L'enquête publique est terminée. Six semaines d'effervescence continue du côté des mairies d'Annecy, d'Annecy le Vieux et de la C2A....et du côté d'chez nous, j'vous raconte pas ….    

17 REGISTRES REMPLIS, PLUS DE 1000 OBSERVATIONS, dont la notre .....

2574 SIGNATURES A NOTRE PETITION (arrêtée le mardi 23 février)

Un grand merci pour ce beau score obtenu en seulement deux mois ! Trois fois plus en moyenne que pour la précédente (plus de 16000 obtenues entre février 2011 et décembre 2013 soit environ 450 signatures par mois).

Notre contribution que vous trouverez en pièce jointe développe dans sa troisième partie la non prise en compte de l'avis de la population et croyez moi, le commissaire enquêteur a pu constater que la population avait bien un avis sur la question !

Nous avons rappelé dans une première partie notre opposition de principe en qualité d'association environnementale à l'implantation d'un centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny avant de développer l'absence de preuves apportées par la C2A de l'utilité publique de son projet en insistant sur le défaut et/ou l'insuffisance des informations données qui ne permettait pas d'avoir les éléments pour se faire une opinion.

Or nous pouvons vous le dire aujourd'hui, et nous l'avons fait consigner lors de notre entrevue avec le président de la commission d' enquête, ces informations existaient bel et bien : l'étude Deloitte (2013) juste mentionnée dans le dossier par son coût, 66 000 euros, découvert par l'œil aiguisé de l'un d'entre nous, n'est autre que l'accompagnement stratégique, financier et juridique de l'exploitation du CESC ! Soit l'étude de marché et le business plan …

Des éléments essentiels, qui pourtant n'ont pas été mis à la disposition de tous !

Encore du pain sur la planche pour nous ...

 

Et maintenant ?

Cette semaine, la commission d'enquête va rencontrer le maître d'ouvrage pour compléter ses informations. Elle a au total un mois, éventuellement prolongeable (le président nous a dit qu'il lui faudrait un peu plus de temps) pour rédiger son rapport qui relate le déroulement de l'enquête, analyse les observations reçues et transmet ses conclusions dans lesquelles elle émet un avis favorable, favorable avec réserves ou défavorable au préfet. Tout sera rendu public et consultable en préfecture et en mairie pendant un an.

Ensuite, le préfet prendra ou non la décision d’une déclaration d'utilité publique. S'il la prend malgré un avis défavorable de la commission, il devra en expliquer les raisons. Cela se jouera ensuite au tribunal.

Affaire à suivre donc...
     

______________________     Patricia Jarno     _______________________

Dauphiné Libéré du 7 février 2016

Dauphiné Libéré du 7 février 2016

_____________________________________________________________-___

FICHE THEMATIQUE - ENQUETE UTILITE PUBLIQUE

Voici des arguments que vous pourrez invoquer dans votre contribution à l'enquête publique pour démontrer que ce projet de centre de congrès n'est pas d'utilité publique. Cette liste n'est pas exhaustive. A vous de choisir celui ou ceux qui vous parlent le plus !

Pour l'essentiel, les références fournies sont extraites

du dossier d'enquête publique mis en ligne

Voir aussi le site de l'agglomération:

Voir aussi le blog de la défense de la presqu'île d'Albigny :

 

I) Sur le plan environnemental, technique, architectural et paysager

  • Une construction envisagée au mépris des dispositions de la loi Littoral : comme l'ont rappelé les jugements du tribunal administratif de Grenoble :

-de mars 2014 relatif au PLU d'Annecy le Vieux

-de novembre 2015 relatif au SCoT du bassin annécien

  • Une construction démesurée : 

Un bâtiment de 9.860 m² de plancher, d’une longueur de 140 mètres et d’une largeur de 79 m² (parvis inclus), d’une hauteur supérieure à 12 mètres (+ de 4 niveaux d'un immeuble), dont l'emprise au sol totale s'élève à 8.400m² dont 6.000 pour le bâtiment supérieur (ces dernières données ne sont pas précisées dans le dossier d’utilité publique mais ont été calculées à partir des petits plans du dossier DUP)

L'avis n°2015-2024 de l'autorité environnementale (p.8) précise « le bâtiment dont les dimensions restent monumentales a été travaillé en étirant ses lignes et en végétalisant sa toiture ». En fait, ces habillages artificiels sont là pour nous tromper !

Notons également que quand le projet a été voté par les élus, les dimensions annoncées du batiment étaient beaucoup plus modestes.

  • une artificialisation d'une partie de la presqu'île :

80 % d'espaces verts actuels seront remplacés par 80 % de béton ; il n’y aura presque plus de pelouse naturelle !

Les arbres seront tous abattus sauf deux au bord de l'eau « à protéger impérativement ». Les travaux de construction le permettront-ils ???

  • la volonté affichée de rendre au public la totalité de l'espace :

La propriété Abeille a été achetée 4 millions d'euros en 2007 par la commune d'Annecy le Vieux. Elle n'est pourtant pas accessible au public : il suffirait pourtant d'enlever le grillage pour accéder au 4.150 m² de parc public…

Selon le projet, l'accès au centre de congrès n'est pas destiné au public. : la « plazza » et le « parvis » ne sont que des zones de passage sans aucun intérêt. 

Ne reste donc accessible au public que :

 un  espace entre le bâtiment et le lac, pompeusement appelée « parc des Rives »,

 une partie du toit partiellement occupée par un espace détente de type café-bar-glacier (Pièce F, page 53) –dont l'accès sera évidemment limité aux seuls consommateurs !– et la « terrasse panoramique » avec vue imprenable sur le lac et les montagnes …, comme actuellement mais sans l'ombrage des arbres en été ! Et... attention à la neige et au verglas en hiver !

  • la disparition progressive de la plage publique d'Albigny :

Il n'est jamais fait allusion au devenir de la plage publique...

Mais les dimensions du projet débordent sur le début de la plage d'Albigny, lieu populaire et privilégié des habitants de l'agglo qui s'y retrouvent dès les beaux jours.

Quid de la cohabitation avec la proximité des grandes baies vitrées du centre de congrès ?

  • l'encombrement du quartier d'Albigny et le stationnement

Quid de la cohabitation des congressistes (et de leur voiture) avec la population locale ? (circulation, places de stationnement).

« L’effectif maximum prévu dans l'établissement est de 2.695 personnes » (pièce E, page 3). Mais aucun parking supplémentaire n'est prévu. Pire : sur le grand parking public de la presqu'île, outre les 60 places récemment privatisées pour l'Impérial, 40 seront réquisitionnées pour l'organisation des congrès et/ou les VIP et 140 pour les exposants (pièce E, page 20). Les 34 places privées qui donnent actuellement sur l'extrémité de l'avenue de la Maveria seront supprimées !

 

II) Sur la désinformation et l'absence de concertation : le mépris des porteurs du projet à l'égard de la population

  • Non-respect de l'article 7 de la Charte de l'environnement selon lequel le public doit participer aux débats et aux choix, pour les projets qui mettent en jeu l’environnement :

Une pseudo concertation du public a eu lieu en février 2012 :

Et, depuis, le projet s'est considérablement agrandi !

Une seule enquête d'opinion a été réalisée en avril 2012 par Médiacité  : (Pièce A page16 ; § 2.4 phase de consultation du public). Malgré les demandes répétées à cette entreprise, aucune indication n’a jamais été fournie sur la représentativité de l'échantillon consulté. On ne peut donc qu’émettre des doutes sur l'objectivité de cette enquête commandée …par la C2A.

  • Le refus d'organiser une consultation directe de la population voire un simple débat public malgré des demandes officielles.

Une pétition de 16.000 signatures contre le lieu d'implantation du projet a été remise aux autorités. Elle a toujours été totalement ignorée par le président de la C2A (« les opposants sont minoritaires »).

IMPORTANT : dans le cadre de l'enquête publique,

une seconde pétition a été mise en ligne.

C'est, en complément de votre participation à l’enquête d'utilité publique, l'occasion d'exprimer une nouvelle fois votre opposition sur ce projet.

  • Une communication mensongère

Lors l'acquisition de la propriété Abeille en 2006, le maire d’Annecy le Vieux, avait pris l’engagement de sauvegarder le site. Aujourd’hui, premier vice-président de la C2A, il renie cet engagement en dénaturant le lieu.

Selon le président de la C2A, « le projet est d'utilité publique parce qu'il est porté par la C2A » (mars 2015). Une définition très personnelle et totalement fausse !!!

Le même affirmait (novembre 2015) : « Les recours ont été jugés non recevables ». A cette époque, une décision est en attente à la cour administrative d'appel de Lyon, deux recours ne sont pas encore jugés par le tribunal administratif de Grenoble !.

Les illustrations et la maquette du projet sont largement trompeuses sur la hauteur du bâtiment et son effet de masse : angles de vue irréalistes (2 m au dessus des personnages : Pièce F, page 90) ; la proportion entre les personnes qui marchent sur le sol et sur le toit n'est pas respectée  (Pièce F, page104)

 

III) Sur les aspects économiques irréalistes et le mythe du tourisme d'affaires

  • Un projet au départ privé qui est devenu public :

En 2006, la C2A avait envisagé la réalisation d'un centre de congrès en centre-ville (parking Balleydier). Il était alors prévu de confier l'opération à un opérateur privé. Aucun candidat ne se présente, jugeant certainement les risques financiers trop importants.

La C2A décide d'assurer elle-même la maîtrise d'ouvrage du nouveau projet (Albigny) dont le financement est ainsi assuré grâce aux deniers publics… Une décision d'ailleurs à l'opposé de la tendance actuelle de privatisation des services publics communaux (ex : cantines) pour assurer le financement intégral d’une dépense de prestige !

  • Un projet qui repose sur des données anciennes :

En 2006, la C2A avait demandé une étude sur le potentiel commercial de ce projet à Kanopée Consultants qui a rendu son rapport en mars 2007 (pièce F, pages 116 et suivantes ). Les éléments de l’étude reposent donc sur des données datant de 2006.

Aujourd'hui ce même rapport (dont les conclusions n’avait séduit, à l’époque, aucun financeur privé – cf supra–) est repris à l'appui de l'actuel projet de centre de congrès. Quel sérieux accorder à une étude de près de 10 ans !

  • Un tourisme d'affaires en repli constant depuis 2009 :

Ce marché a encore reculé de 5 % en 2014 par rapport à 2013 (étude Coach Omnium 2015) ; la durée moyenne des manifestations est passée de 4,8 à 2,2 jours. En province la durée de séjour s'établit à 1,5 jours (étude IPSOS novembre 2011 à mai 2012).

On peut s'interroger sur les vraies raisons qui poussent la C2A à ne se référer qu’à des données anciennes sans prendre en compte d’autres données beaucoup plus actuelles (mais qui ne vont pas dans le même sens !).

  • Aucune étude n’a été faite sur la concurrence des autres centres de congrès (Lyon, Genève, Grenoble, Evian, Aix les Bains).

La seule mention qui en est faite prend la forme d'une affirmation selon laquelle Annecy serait la 2ème destination la plus sollicitée pour l'accueil des congrès après Lyon dans la Région Rhône-Alpes (pièce F, page 14).

Pourtant, dans la réalité, une dizaine de projets de centre de congrès sont en construction et la concurrence est de plus en plus vive : dans 8 cas sur 10, les entreprises exigent 3 à 4 devis différents et 73 % des commanditaires attendent des baisses de prix, des gestes commerciaux et des prestations offertes. (étude Coach Omnium 2015).

  • Aucune étude précise et actuelle du marché potentiel n’est présentée  :

Les porteurs du projet ont toujours visé une clientèle internationale. Or comme l'explique Mark Watkins, président de Coach Omnium, la dimension internationale ne concerne que peu de destinations et la majorité des centres de congrès ne travaille qu'avec une clientèle de proximité.

  • Un centre des congrès existe déjà à Annecy : l’Impérial :

dont l’exploitation, constamment déficitaire, est déjà renfloué par la collectivité publique.

  • L'annonce de retombées économiques et sociales miraculeuses :

40 millions d'euros annuels de chiffre d’affaires et 900 emplois sont régulièrement mis en avant par la C2A dès le début du projet pour en justifier la nécessité.

Mais le mode de calcul de ces chiffres reste très opaque :

Des retombées de l’ordre de 10 millions d'euros la première année sont envisageables sur la base des travaux de l'association France Congrès (2010-2011).

Pour les emplois, un flou identique est maintenu entre les emplois directs (114) et les emplois induits (900). Et aucune indication n’a jamais été donnée sur les caractéristiques de ces emplois : temps pleins ? temps partiels ?…, ni sur leur nature (pour la construction ? pour le fonctionnement ?...).

L’étude Kanopée prévoyait, quant à elle, en 2007, une équipe permanente de 14 personnes (rapport page 28, reproduit pièce F page 115 et suivantes)....

  • L'absence d'un plan d'équipement hôtelier suffisant dans l'agglomération : Les deux études disponibles, Kanopée et Ract-Madoux sont d'accord sur le manque de capacité hôtelière adaptée au projet CESC.

Or aucune indication ne permet de savoir comment la question sera réglée : une grande inconnue pourtant également nécessaire pour apprécier l'utilité publique du projet...

IV) Sur les aspects financiers

  • Une dépense de prestige faite au détriment de dépenses nécessaires au quotidien du plus grand nombre :

Les finances publiques seront grevées pendant plus de 20 ans pour le financement de la construction ; et que dire des dépenses de fonctionnement totalement éludées ?

Or il existe d'autres priorités pour la population : ex. le développement qualitatif et quantitatif des transports collectifs, la rénovation thermique des bâtiments ou la lutte contre la pollution de l'air.... Avec le projet de centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny ces investissements stratégiques seraient largement limités voire impossibles pendant une période inconnue.

  • Des risques financiers indéterminés exclusivement à la charge du contribuable :

Quel sera le montant des emprunts ? De combien vont augmenter les impôts locaux ? Qui prendra en charge, par la suite, le probable déficit d'exploitation ?

  • Le coût a déjà augmenté de 18 % avant même le dépôt du permis de construire :

Cette question fait l’objet d'un recours actuellement en instruction devant le tribunal administratif de Grenoble.

Et l’on sait bien que tous les projets de cette nature se sont toujours avérés beaucoup plus élevés dans la réalité (ex : la récente rénovation-extension du centre Bonlieu à Annecy : budget prévu (2012) : 13,5 millions d'Euros ; coût final de l'opération (2014) : 24 millions d'Euros !!!)

  • Un camouflage des dépenses d'investissement évalué à 49 millions :

Ce montant n'inclut ni les acquisitions foncières réalisées au 30 janvier 2015 : environ 3,8 millions d'euros (pièce F, pages 112 à 114) ni celles prévisionnelles restant à réaliser, fixées à plus de 5 millions. Le coût minimum serait alors de 58 millions.

Par ailleurs le projet prévoit que, « la mairie d'Annecy le Vieux mettra également à disposition les terrains possédés pour le projet. Ces terrains sont valorisés à environ 2 millions d’Euros» (Pièce F, page 114). Rappelons à ce sujet que la propriété Abeille dont il est ici question, a été achetée par la commune d'Annecy le Vieux 4 millions d'euros, il y a presque 10 ans. Baisse du marché immobilier depuis cette époque  ? Ou joli tour de passe-passe pour diminuer artificiellement le coût réel ?

Comment, dans ces conditions, le citoyen consulté peut-il valablement évaluer le coût global du projet pour, au final, s'assurer de la réalité de son utilité publique (pièce F, pages 112 et 113) ?

_______________________________________________________________

Centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny  :

l’enquête d’utilité publique démarre !

 

Comme nous, vous pensez que le projet de Centre de Congrès sur la presqu’île d’Albigny n’est pas d’utilité publique ?

C’est maintenant que chacun doit l’affirmer ! Qui ne dit mot, consent !

Chaque habitant de la C2A a la parole. Prenez-la !

 

Pourquoi ?

Le 23 novembre le Préfet a décidé de l’ouverture d’une enquête d’utilité publique  du 11 janvier au 24 février 2016 et la mise en place une commission d’enquête dont les membres ont été désignés par le Président du Tribunal Administratif de Grenoble.

 

Où prendre connaissance du dossier d’enquête  ?

  • au siège de la C2A (46, avenue des Iles ANNECY) : du lundi au vendredi 8h30-12h00 ; 13h30-17h30
  • à la mairie d’Annecy (place de l’Hôtel de Ville) : du lundi au vendredi 8h30-18h30
  • à la mairie d’Annecy le Vieux (place Gabriel Fauré) : du lundi au vendredi 8h30-12h00 ; 13h30-17h30.
  • sur : Le site de la préfecture.

(ou en tapant sur votre moteur de recherche "dossier enquete publique 2016 cesc annecy")

 

Où formuler vos observations pendant l’enquête  ?

1°) soit sur le registre d’enquête unique déposé à la C2A ou dans chacune des mairies d’Annecy ou d’Annecy le Vieux.

2°) soit sur le site cesc-enquete-publique@agglo-annecy.fr

3°) soit en rencontrant un membre de la commission d’enquête lors d’une permanence tenue aux lieux et dates suivantes

LIEU

DATES

PERMANENCES

Mairie d’Annecy

Mercredi 20 janvier

Samedi 30 janvier

Vendredi 12 février

15h30 – 18 h30

9 h – 12 h

15h30 – 18h30

Mairie d’Annecy le Vieux

Lundi 11 janvier

Samedi 6 février

Mercredi 24 février

8h30- 11h30

9h – 12h

14h30 – 17h30

 

Comment rédiger vos observations  ?

Vous devez dire en quoi, pour vous, le projet de centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny n’est pas d’utilité publique. Votre avis doit être nominatif, clair et motivé. Vous pouvez rédiger plusieurs contributions sur des thèmes différents.

 

Pour vous aider, vous pouvez :

lire la fiche thématique sur ce blog :

vous rendre à une des soirées

vendredi 15 janvier à 19 h, salle des papeteries : 23 allées des Harmonies à CRAN-GEVRIER (à l’arrière de l’école René Cassin)

mardi 26 janvier à 19 h, salle des Clarisses : quai des Clarisses à ANNECY

 

TRES IMPORTANT

N’oubliez pas aussi de signer la nouvelle pétition en ligne :

Faites la circuler très largement auprès des habitants des 13 communes de l’agglo.

Elle sera remise au président de la commission d’enquête à la fin de la procédure.

 

SOYONS NOMBREUX A PARTICIPER A L’ENQUÊTE PUBLIQUE !

Faites-vous entendre !

Expliquez que ce projet n’est pas d'utilité publique !

 

Les Amis de la Terre en Haute-Savoie - Maison des associations 23, allée des Harmonies 74960 CRAN-GEVRIER contact@amisdelaterre74.org – 06.24.27.45.04

______________________________________________________________________

A tous les petits pots de terre...

 

Notre pétition a dépassé les 1000 signatures deux semaines après sa mise en ligne, ce qui est énorme et montre la forte mobilisation citoyenne aux porteurs de ce projet.

 

     D'un côté, de nombreux pots de terre : plusieurs associations, des élus, collectifs associatifs ou citoyens, des milliers de citoyens de tous âges et de tous bords, font tout ce qu'ils peuvent, sans se décourager, avec un avocat, des juristes et les dons des nombreux opposants, pour empêcher le monstrueux projet de CESC sur la presqu'île d'Albigny, d'aboutir.

Leurs moyens de communication ne sont que leurs sites ou blogs internet, quelques interviews et annonces dans les journaux, adresses récoltées une à une sur des stands.

     En face, deux gros pots de fer, forts des cabinets d'experts et autres conseillers, payés par l'argent public ... Y compris celui des impôts des opposants. Ils ne cessent de clamer dans les journaux locaux, sur leurs sites, dans les magazines des collectivités, que tout est déjà "plié", que les recours sont rejetés...

     En réalité :

  - Le PLU d'Annecy-le-Vieux est rejeté pour le classement du site sur la presqu'île

   - Le SCOT est approuvé par le juge... MAIS avec une recommandation pour que les PLU et le projet respectent la loi Littoral... c'est une peau de banane pour la C2A

   - Les résultats des recours contre les votes du conseil d'Agglo du 9 avril, ne sont pas encore réglés, Les arguments de la C2A viennent seulement d'être reçus...

     Voilà de quoi renforcer encore la détermination et l'espoir  de tous les petits pots de terre que nous sommes.

     Petits pots de terre auxquels nous adressons tous nos vœux de santé et de bonheur pour eux et leurs familles, pour 2016, avec plein de bonnes nouvelles au sujet du centre des congrès.

____________________ le 4 janvier 2016_________________________________

PETITION

Sauvons la presqu'île d'Albigny !

Non au Centre des Congrès !

Merci de prendre une minute pour partager ce lien avec tous vos contacts:


Chaque personne qui signe renforce notre mobilisation.
Ensemble, provoquons le changement,
Cette pétition est à envoyer à tous vos amis, tous vos parents, tous vos collègues :


Pétition à l'attention de la commission d'enquête relative au Projet de création d'un centre d'expositions, de séminaires et de congrès sur les communes d'Annecy et d'Annecy le Vieux.
2010-2015 : 5 ans de déni d'opposition citoyenne à ce projet
16 000 signatures d'opposants au projet de centre de Congrès sur la Presqu'île d'Albigny balayées d'un revers de main par le maître d'ouvrage (C2A).
2016 : Un dossier d'enquête publique lacunaire, imprécis et qui repose sur des données dépassées.


Dans ce cadre, je soussigné, habitant une des 13 communes de l'agglomération, réaffirme mon opposition à ce projet qui pour moi, n'est pas d'utilité publique.


Cette pétition sera remise au président de la commission d'enquête à la fin de l'enquête publique.

Périmètre de l'enquête publique

Périmètre de l'enquête publique

______________________________________________________________________

N'ALLEZ PAS PLUS VITE QUE LA MUSIQUE

ANNECY MAGAZINE n°242 décembre 2015 - janvier 2016. page 17

ANNECY MAGAZINE n°242 décembre 2015 - janvier 2016. page 17

Monsieur le Maire

Hôtel de Ville

74000 ANNECY

Annecy le 10 décembre 2015

Copie : Monsieur le Préfet de la Haute-Savoie

Objet. : Centre de congrès sur la presqu'île d’Albigny

Monsieur le Maire,

 

En page 17 d’ANNECY MAGAZINE de décembre 2015 / janvier 2016, on peut lire à côté d’une photographie du très hypothétique centre de congrès sur la presqu'île d’Albigny : " La déclaration d’utilité publique sera prise au premier trimestre 2016 et les travaux devraient démarrer en 2017 ".

Permettez-moi d’être sidéré par cette affirmation. En effet, s’il est vrai qu’une enquête publique va avoir lieu du 11 janvier au 24 février 2016, je vois que vous en connaissez déjà le résultat !

S’il y a enquête publique, c’est bien pour recueillir l’avis de la population, et vous pensez que les commissaires enquêteurs et Monsieur le Préfet n’en tiendraient aucun compte ! Sinon, pourquoi lancer une enquête publique ? Il y a vraiment là un déni de démocratie.

Vous savez très bien que la presque totalité de la population et que de plus en plus d’élus sont contre ce projet sur la presqu'île. Alors attendons le résultat de l’enquête pour affirmer quoi que ce soit.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

____________________ Jean-Louis BARIOZ _______________________

L'ENQUETE PUBLIQUE VA DEBUTER

L’enquête publique votée lors du conseil d’agglo du 9 avril 2015 va être effective du lundi 11 janvier au mercredi 24 février 2016 inclus.

Nous ne manquerons pas de vous rappeler, à l’approche de ces dates, d’aller mentionner votre avis ainsi que de la liste des moyens mis à notre disposition pour cela !

Lien avec l’arrêté d’enquête publique daté du 23 novembre 2015.

Objet de l'enquête

Objet de l'enquête

AVAP : Aires de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine dont deux des objectifs sont :

   - une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux, objectif premier du Grenelle ;

   - une meilleure concertation avec la population ;

Si, Si !

_______________________________________________________________________

Chers amis,

Merci aux 200 personnes venues nous retrouver lors de la soirée de soutien du 14 novembre.

Elles ont profité du vin chaud d’accueil, de la vente d’autocollants et de tee-shirts, et aussi et surtout de l’exposition/vente de tableaux d’artistes locaux.

Elles ont écouté le groupe « au coin de la rue » et le groupe « NAD », ainsi que le petit théâtre de « guignol ».

Elles ont suivi le diaporama résumant nos 5 ans de lutte contre l’implantation d’un centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny, et pris connaissance de l’état d’avancement des différents recours.

Elles ont enfin, chanté dansé et se sont restaurées, dans une ambiance conviviale.

Les actualités sur le projet
Les actualités sur le projet

_________________________________________________________________________

"présentant des projets ou réalisations achevés ou en cours.

Un élu de l'agglo : "c'est quoi le FIMBACTE ?.."

Juste comme ça, pour voir, nous avons demandé à un élu de l'agglomération d'Annecy, il y a une semaine, si il connaissait le FIMBACTE ? et là, un grand blanc, "c'est quoi ?, cela représente quoi ?" un grand moment de solitude pour lui, mais aussi pour nous !

  • Le projet candidat de l'agglomération d'Annecy au festival Fimbacte : le futur Centre d’Expositions, de Séminaires et de Congrès.

(Voici un extrait de la fiche du projet candidat de l'agglomération d'Annecy :
Projet du Centre d’Expositions, de Séminaires et de Congrès
Objectif : Dynamiser le tourisme d’affaires en renforçant l’attractivité du territoire et l’économie locale.
Le + projet : Intégration paysagère hautement qualitative dans un site d’exception, toiture entièrement accessible. Public visé : Congressistes, entreprises et population locales. Date de réalisation : 2017-2019...)

En octobre dernier, les résultats tombent sur la compétition entre les projets présentés, il apparaît que le projet de l'agglomération d'Annecy est absent du palmarès.
Les juges ont décernés or et argent dans l'ordre : une petite architecture humaniste et raisonnée par le bois et une piscine dans la même catégorie du projet de l'agglo, bâtiment publics & tertiaire (le bronze n'existe pas apparemment au Fimbacte ni de la 3ème place..) Si nous avons compris, ce sont des petits projets reconnus meilleurs par les juges que le projet pharaonique du futur Centre d’Expositions, de Séminaires et de Congrès d'Annecy.

  • Mais après l'échec, la communication continue sur le FIMBACTE.. peut-être pour faire passer la pilule ?

Dans le magazine d'information de l'agglomération d'Annecy "l'agglo & vous" novembre 2015, en page 3, on peut découvrir un encart concernant le Fimbacte, le festival national et les Trophées du Cadre de Vie 2015.
Un encart avec comme message "un projet remarqué au niveau national" avec le logo du Fimbacte "prix de sélection du cadre de vie".

(Le Prix de sélection est remis à chaque dossier sélectionné, libre de toute exploitation) Environ 60 Dossiers sélectionnés depuis plusieurs mois.
Enfin, quels sont les dossiers qui ne sont pas sélectionnés ? La participation est payante, et surtout du côté des collectivités qui vont mettre tout en oeuvre pour réussir la distinction plutôt que le mauvais coût de pub politique !

La mise en avant dans le magazine d'information de l'agglomération d'Annecy "l'agglo & vous" de cette participation (vu le résultat) est-elle justifié ?
Les citoyens, et pas seulement, ne connaissent pas la signification du joli logo OR "prix de sélection du cadre de vie" dans le magazine de l'agglo, cela ressemble étrangement à une opération marketing promotionnelle un peu trompeuse pour le projet de l'agglo ? Alors que le projet de l'agglo est reparti bredouille du Fimbacte, et le petit logo coûte cher !! 

Pour information :
Un dossier complet pour participer au festival comprend : une fiche d’inscription / le règlement ou bon de commande / le dossier d'inscription / un power point de présentation pour les dossiers / le film numérisé pour les audiovisuels / les annexes pour les dossiers (facultatif) / une image online. (source Fimbacte)

Il est évident que l'ensemble du dossier et les déplacements obligatoires à Paris pour audition(s) etc.. ont un coût pour l'agglomération d'Annecy ? Mais combien ? seule chose que l'on sait, les frais d'inscription : Collectivités territoriales 540 € HT / 648 € TTC par dossier. Mais combien pour la préparation du dossier ? dans son ensemble, avec un peu d'analytique ?

  • Ou est la transparence publique des comptes sur la participation Fimbacte de l'agglomération d'Annecy ?
  • Pourquoi cette communication alléchante ? sans une explication précise sur la participation de l'agglo dans son magazine dans cet encart bien placé ?
  • Mais aussi, comment se fait-il que des élus de l'agglo ne connaissent même pas le FIMBACTE ?

Conclusion, un échec au Fimbacte, une communication trompeuse, une dépense de plus avec un manque de transparence dénoncé à plusieurs reprises autour du futur Centre d’Expositions, de Séminaires et de Congrès pas certains élus et autres associations contre ce projet.

Les actualités sur le projet

______________________________________________________________________

Bonjour à tous,

Une grande soirée de soutien est organisée le samedi 14 novembre dès 18 heures à la salle "La Rioule" (http://larioule.unblog.fr) , impasse des Fusains à Meythet (cf plan d’accès infra)

Cette soirée doit permettre de disposer de fonds nécessaires pour engager et mener à terme toutes les procédures (présentes et à venir) visant à empêcher la réalisation d'un centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny.

Vous pourrez acquérir des oeuvres originales d’artistes, des tee-shirts, des autocollants, des affiches... Les dons seront aussi les bienvenus.

Les informations les plus récentes vous seront communiquées, ponctuées d’intermèdes musicaux et récréatifs. En échange d’une petite contribution, vous pourrez également vous restaurer dans un cadre convivial.

Vous nous soutenez dans notre opposition ; vous pouvez nous aider à organiser le succès de cette soirée en préparant de bons plats, simples à réaliser !

Pour une répartition plus équilibrée, merci de nous indiquer assez rapidement quelles sont vos «spécialités » (plat sucré, plat salé) et les quantités (nombre de parts..) que vous pensez pouvoir préparer et apporter.

Cet appel vous concerne également même si vous ne pouvez pas être parmi nous le 14 novembre. Nous pourrons alors convenir ensemble des modalités de la "livraison".

Pour une meilleure organisation, faites réponse directement à Madeleine Schaeffer (madeleine.schaeffer@wanadoo.fr).

Grâce à l'aide de tous, la soirée du 14 novembre sera un succès et rendra possible la réussite de notre opposition qui dure déjà depuis 5 ans !

D’avance, nous vous en remercions.

Les Amis de la Terre en Haute-Savoie

Plan d'accès

Plan d'accès

Les actualités sur le projet

________________________________________________________________________

L'avis de l'autorité environnementale sur l'enquête publique concernant le Centre de congrès est publié

Il figure sur le site de la Préfecture de Haute-Savoie :

Nous l'attendions depuis le vote de la Déclaration d'Utilité Publique (DUP), concernant le Centre de Congrès,  par la C2A, le 9 avril. Un recours avait été porté contre ce vote, mais il avait été estime prématuré par le juge.

Le Préfet de Haute-Savoie doit bientôt lancer l'enquête publique, et annoncer sa date d'ouverture, à partir de laquelle chacun pourra faire connaitre son avis au commissaire-enquêteur, en écrivant sur le registre, ou en envoyant une lettre par la poste.

Et il sera alors temps de porter un nouveau recours contre la DUP.

Nous ne connaissons pas encore la date à laquelle aura lieu ce lancement, mais en nous référant aux délais habituels pour cette procédure, nous estimons que l'enquête sera lancée en décembre ou en janvier.

Quelle que soit la date, nous serons prêts à réagir, et le soutien de tous les opposants sera nécessaire pour porter ce nouveau recours.

________________________________________________________________________

LA C2A SE MARCHE SUR LES LACETS

Rappelons pour info que le calendrier prévisionnel de nos « chers » élus prévoyait une ouverture du centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny en 2015.

Mais :

   ---   Sur le site officiel du CESC

Dans le chapitre : « Calendrier et acteurs »

Il est maintenant annoncé :

«  Automne 2019 : Ouverture de l'équipement. »

Information reprise page 8 de «  L'Agglo & Vous n°21 de juillet 2015 »

   ---   Lors du conseil d’agglo du jeudi 1er octobre :

Le point 11  « Centre de congrès de l’impérial – délégation de service public – conclusion d’un avenant prolongeant la convention en cours »

mentionne (entre autre) : 

« La réalisation du projet du CESC a été décalée pour une ouverture désormais envisagée fin 2018. »

   ---   Sur le site officiel : forum de la ville d'Annecy

Concernant la construction d’un éventuel centre de congrès, M Rigaut, Maire d’Annecy, écrit et signe le 12 octobre 2015 :

« Il s’agit d’un équipement financé par l’agglomération d’Annecy et que sa réalisation ou sa non réalisation ne viendrait en rien modifier les nécessaires dépenses qui sont faites par ailleurs »

Le doute s’installe-t-il ?

Messieurs les promoteurs du projet, êtes vous certains de savoir oú vous allez ?

________________________________________________________________________

2010 - 2015

5 ans d'opposition au projet de centre de congrès.

 

L’intox de la C2A continue !

NON, nos recours contre les décisions prises par l’agglo du 9 avril n'ont pas fait l’objet de rejet par le Tribunal Administratif, ce qu’affirmait pourtant la presse locale en juillet :

- Le recours contre l’approbation de l’ Avant-Projet Définitif (APD) est EN COURS D'INSTRUCTION et sera jugé dans quelques mois.

- Le recours contre l'approbation du lancement de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) a été déclaré irrecevable mais seulement à ce stade de la procédure. Il sera examiné par le tribunal en même temps que le recours que nous porterons contre la DUP.

- Le recours contre le SCoT (schéma de cohérence territoriale) sera jugé d’ici la fin de l’année.

Ne croyez pas les mensonges de la C2A qui annonce un coût prévisionnel du projet de 54 millions d'euros. Lors d’une réunion publique à Annecy le Vieux, un membre du cabinet d’études concerné a fait savoir que ce coût atteindrait au moins 70 million d’Euros !

Tenez-vous prêts à répondre à l'enquête publique dès qu'elle sera lancée. Des permanences seront alors organisées.

Réservez dès à présent votre soirée :

SAMEDI 14 NOVEMBRE dès 18 h

salle « La Rioule » impasse des Fusains

ZA des Côtes à MEYTHET

Plan d'accès à la Rioule

Plan d'accès à la Rioule

______________________________________________________________________

Encore une péripétie du projet de Centre de congrès ...

La C2A ose tout !

Le  "Train du Climat" :

Un train préparé (très bien), par des experts scientifiques qui l'ont imaginé, en partenariat avec la SNCF, pour une information et un dialogue grand public, en marge de la COP 21.

Ces spécialistes du climat ont permis la transformation de 3 wagons, pour devenir un lieu d'exposition itinérante, de "mini conférences", de présentation d'initiatives locales.

Le train sillonne la France s'arrête dans de nombreuses grandes et moyennes villes ....la journée du le 8 octobre à Annecy.

En même temps, les acteurs locaux peuvent présenter des stands qui montrent des initiatives contre le réchauffement climatique.

Un membre des AT74 et un membre du comité de rédaction de librinfo74 ont été outrés par une affiche de la C2A concernant le centre de congrès.

A l'article présenté sur librinfo74, ajoutons que l'eau pompée en sous-sol ne serait que partiellement réinjectée. La différence, (jusqu'à 50%, par grand froid) terminerait dans le réseau de récupération d'Annecy le vieux...

________________________________________________________________________

ENQUETE PUBLIQUE ...  ARLESIENNE ET GRAINS DE SABLE ?

Depuis son approbation de la DUP (Déclaration d'Utilité Publique) du projet de centre de congrès, le 9 avril, la C2A attend que le Préfet lance l'enquête publique ... Les opposants aussi.

En effet, dès que ce sera fait, pendant au moins 1 mois, chacun de nous pourra exprimer son opinion sur le registre réservé à cet effet, au siège de la C2A, ou écrire au commissaire enquêteur.

Car quand un projet met en jeu l'Environnement, l'article 7 de la Charte de l'Environnement, entré dans la constitution, prévoit que le public participe au débat et donne son avis. On en est loin, mais ce registre lui donne enfin la parole. Le commissaire enquêteur en prendra connaissance, et plus les arguments sont pertinents, plus les commentaires sont nombreux, plus il en tiendra compte dans son avis.

Mais pour le moment, le lancement par le Préfet ressemble à l'Arlésienne.

Le magazine "l'agglo et vous" de juillet 2015 l'annonçait pour le début de l'année 2016.

Puis au début des vacances, une rumeur a couru : il aurait lieu vers rentrée ... de septembre.

Dans un article du DL de ce samedi 3 octobre, un journaliste affirme que ce lancement est "imminent".

Que signifient ces rumeurs contradictoires ?

PAS D'AFFOLEMENT, inutile de piaffer ni de s'inquiéter, on est prévenu, les Amis de la Terre sont prévenus, on l'attend de pied ferme!

Ne pourrait-on pas, au contraire, se réjouir?

Cette fébrilité dans les annonces, tout ce temps avant que le Préfet ne se décide (déjà 6 mois depuis le vote) est bizarre." Vous avez dit ...."

Même si le dossier est lourd, on est en droit de se demander s'il n'y a pas quelques grains de sable dans les rouages du projet !!

___________________________________________________________________

Venez découvrir L'AVANT-PROJET DÉFINITIF (APD) du Centre d'Expositions, de Séminaires et de Congrès sur la presqu'île d'Albigny au travers de l'exposition grand public organisée du 11 septembre au 1er octobre 2015 à l’hôtel de ville de Quintal.

Des panneaux actualisés, un nouveau film virtuel et une nouvelle maquette 3D vous y attendent.

L'objectif de l'exposition est de promouvoir le projet et de promettre monts et merveilles, pas d’être objectif ! Mais n’hésitez pas à aller le voir.

Horaires d'ouverture :
- Lundi : de 8h30 à 12h30.
- Mardi : de 13h30 à 16h30.
- Mercredi : de 9h à 12h.
- Jeudi : de 8h30 à 12h30.
- Vendredi : de 13h30 à 16h30.
- Fermée les samedis, dimanches et jours fériés.

___________________________________________________________________________

Une douzaine de membres étaient présents au pique-nique de relance du « groupe terrain », après la trêve estivale.

Patricia, la présidente des AT74, nous a fait un compte-rendu de ses contacts avec maitre Cofflard, notre avocat.

Il se tient prêt pour le cas où l’enquête publique sur la DUP s'annoncerait.

Notons également que notre recours contre le SCOT, ainsi que l’appel de la mairie d’Annecy-le-Vieux contre le jugement du Tribunal Administratif (invalidation partielle du PLU) seront jugés d’ici la fin de l’année 2015.

Nous avons réfléchi à la meilleure manière de fêter notre cinquième année de lutte contre le « monstre ». Sauf empêchement, la date retenue serait le 14 novembre. Il reste à organiser cette fête dans un endroit fermé aux vents de l'automne, mais ouvert à un maximum de participants.

Réunion de reprise en plein air

Réunion de reprise en plein air

_______________________________________________________________________

Où en est l'exposition du projet de centre de congrès ?

  Ce vendredi 14 août, à deux compères des AT, nous décidons d'aller à la mairie d'Argonay, pour voir où en est l'exposition avec maquette, sur le centre de congrès.

Une bonne nouvelle, un deuxième cahier a été mis à la disposition du public, et il en est ... déjà à la page 44 !

La tonalité générale des commentaires est toujours la même, la plupart de ceux qui s'expriment sont opposés au projet. 

 Pour ce qui est des panneaux, il y en a un qui chante les louanges et les qualités des cabinets d'architectes ... comme si leur notoriété, et des réussites qu'ils ont eues par ailleurs pouvaient  influencer les défenseurs de la loi et de l'environnement, et les juges !

Un autre panneau a rétabli les prévisions aussi prometteuses que douteuses, de créations d'emplois, et de retombées économiques. Dans le dossier présenté par l'Agglo pour la DUP, les chiffres étaient bien inférieurs... ce décalage nous semble ahurissant (ces "infos" avaient disparu lors de la 1ère expo d'adorés le 9 avril). 

Quant au coût actuellement annoncé, il est de 54 000 000 d'euros hors taxe! Et chacun sait qu'avec le temps (il faudrait encore de longs mois pour l'aboutissement du projet), il augmenterait encore... s'il se réalisait.

De plus, lors d'une réunion publique le 1er juillet 2015, une dame, travaillant dans un bureau d’études pour l’économie de la construction du centre de congrès, et qui a dans les mains tous les documents le concernant, a annoncé que le chiffre officiel est largement dépassé, et qu’ils en sont déjà à 70 millions d'€.

Les contribuables de la C2A doivent bien prendre conscience de ce qu’on leur prépare.

Nous sommes plus que jamais remontés contre cette masse de béton, soi-disant en partie camouflé sous des "espaces verts" ( !.. ne riez pas, ce n'est pas une blague), mais heureux d'avoir constaté une fois de plus la mobilisation des opposants, qui ne s'opposent pas par principe, mais qui ont des arguments sérieux. 

Un article gratuit de Médiapart nous donne raison.

TRES INTERESSANT, à lire d'urgence... il parle des "promesses d'emplois" non tenues.

_____________________________________________________________
 

Venez découvrir L'AVANT-PROJET DÉFINITIF (APD) du Centre d'Expositions, de Séminaires et de Congrès sur la presqu'île d'Albigny au travers de l'exposition grand public organisée jusqu’au vendredi 21 août 2015 à la mairie d’Argonay.

Des panneaux actualisés, un nouveau film virtuel et une nouvelle maquette vous y attendent.

http://www.argonay.fr/exposition-du-centre-dexpositions-de-seminaires-et-de-congres/

Horaires d'ouverture :

Le lundi : De 8H30 à 12H00 et de 13H30 à 19H00

Du mardi au vendredi : De 8H30 à 12H00 et de 13H30 à 17H30

Fermé les samedis, dimanches et jours fériés.

L'objectif de l'exposition est de promouvoir le projet et de promettre monts et merveilles, pas d’être objectif ! Mais n’hésitez pas à aller le voir.

Nous vous incitons à mettre vos commentaires sur le cahier prêt à les accueillir. Celui-ci est d'ailleurs déjà bien rempli.

Hélas ce « beau projet »  ne reçoit pas tout l'hommage espéré !

C'est que la vanité lui a fait croire qu'il pourrait se situer sur la presqu'île d'Albigny.

Il y a urgence à l'en dissuader.

Et surtout, si le préfet ose lancer l’enquête publique votée lors du conseil d’agglo du 9 avril (nous ne manquerons pas de vous le faire savoir), il faudra être nombreux à aller déposer nos critiques sur ce projet afin que la conclusion de l’enquête soit négative, et que la Déclaration d’Utilité Publique soit refusée.

Ne soyons pas DUP !

__________________________________________________________________________

DES NOUVELLES DU FRONT DES RECOURS - ELAIRAGE SUR LES INFORMATIONS FAUSSEES DONNEES PAR LE DAUPHINE LIBERE ET L'ESSOR SAVOYARD

Le Dauphiné Libéré du 29 juillet présente l'avis du tribunal administratif, sur les recours contre le projet de centre de congrès sur la presqu'île d'albigny, de façon contradictoire : »recours rejetés", en première page ; titre aussi faux que racoleur, laissant entendre que le tribunal a tranché et n'en retient aucun argument...puis en page 4.  "une partie des recours a été rejetée"...qui remet un peu de nuances ...

L'article de l'Essor du 30 juillet est simplement mensonger : "Les anti-centre de congrès déboutés".
Dans le but de cibler le plus largement possible,  les opposants avaient portés 4 recours à la suite du conseil d'Agglo du 9 avril, certains comportant des arguments qui étaient prématurés à ce stade du dossier. Il y a donc eu des rejets attendus de ces arguments.

Selon notre avocat, deux arguments étaient recevables à ce stade. Ils concernent l'illégalité des votes du conseil d'agglo du 9 avril, sur :

 - le point 16, vote de l'Avant Projet Définitif ( APD), que nous dénonçons comme illégal car l'augmentation du coût atteint un taux trop élevé, ce moyen n'est pas rejeté,  le TA n'a pas statué; il lui faudra des semaines pour confronter les arguments approfondis des uns et des autres
...un seul argument peut suffire à enrayer la machine à bétonner, Mr Rigaut ne devrait pas se réjouir dans le DL, la nouvelle n'est pas bonne pour son "cher" projet !

-  le point 17, vote de la demande au Préfet de Déclaration d'Utilité Publique, rejeté sur la forme et non sur le fond, car selon le TA, il est trop tôt, bien qu'il découle du vote du point 16. Il faudra l'utiliser pour attaquer la DUP si elle est lancée par le Préfet. On attend cette éventualité de pied ferme.

 Il s'agit bien d'un NON EVENEMENT. Le TA va statuer sur le point 16, quant au point 17, il sera représenté si l'enquête publique est lancée par le préfet. Les journaux ont fait de l'information mensongère.

Le recours que les Amis de la Terre 74, Lac Annecy Environnement et deux élues d'Annecy-le-Vieux ont déposé, présenté au tribunal par leur avocat Louis Cofflard, ciblait ces deux arguments.  

RESTONS MOBILISES POUR SAUVER LA PRESQU'ILE D'ALBIGNY !

__________________________________________________________________________

Et voici la réponse de M le préfet de Haute Savoie à Denis Duperthuy qui l'invitait par un courrier daté du 8 avril 2015 à solliciter l'avis du tribunal administratif concernant les possibilités d'urbanisation de la presqu'île d 'Albigny.

_______________________________________________________________________

Une citoyenne a pris la peine de nous communiquer quelques réflexions sur la réunion publique concernant la révision du PLU d’Annecy le Vieux ce 1er juillet :

En dépit du choix d’une date estivale et d’une chaleur suffocante, la salle était pleine.

Une longue énumération des orientations concernant les quartiers de la commune d’Annecy-le-Vieux, par deux intervenants des bureaux d’études, où le chant lexical récurrent flattait les consciences par le rappel de tous les  bons principes : développement durable, limitation des gaz à effet de serre, préservation des espaces naturels, etc. … tous ces mots lancés comme pour bercer l’esprit des habitants, mais lorsqu’on passa aux questions, tout a pris une autre coloration.

Dès le micro cramponné, le maire redonnait un autre sens, prolongeant le plus longuement possible des réponses fleuves à des questions nettement incisives :

— Sur le bétonnage à tout va,  « c’est la faute à Duflot », nous sommes tenus à densifier, même s’il faut construire dès qu’un terrain se libère, et même des logements sur le parc du château (qui comme c’est bizarre n’est pas encore classé), il faut répondre à la nécessité qu’imposent les lois administratives ! Les espaces naturels seront préservés, bien sûr, même si on envisage d’agrandir la zone économique des Glaisins … et que la nécessité économique fait loi.

— Les questions font remarquer que la densification se fait n’importe comment près du lac, par bonheur le maire reconnait qu’il faudra surveiller un peu mieux! Son but est d’améliorer l’espace urbain au bord du lac ainsi que le développement  économique et touristique, oui il y aura un grand hôtel à la place du garage Bocquet …

— Une dame très émue s’exprime : « j’habite depuis toujours à Annecy-le-Vieux, j’ai pleuré de voir que pratiquement tous les arbres de la petite place et du square d’Albigny ont été coupés ». Qu’importe le chagrin de cette dame et de beaucoup d’autres qui appréciaient tant le lieu, Monsieur Accoyer a des priorités. Ces arbres étaient malades, un accident aurait pu arriver… (Qui peut penser qu’ils l’étaient tous ?).

— Le sujet des transports est abordé d’une façon très pertinente par une habitante. Comment combattre la voiture alors que l’organisation des transports en commun ne permet pas une efficacité pour se rendre à un lieu quelconque, celui qui est tenu par un horaire ne peut résister au gain de temps. Suit une comparaison entre le temps mis par un transport individuel et un transport collectif. La réponse prouve que le développement du transport collectif n’est pas le souci du maire, car il n’y a qu’à se lever plus tôt.

— La question de la pollution de l’air est rapidement réglée : beaucoup de gens nous envient de vivre à Annecy, et puis bientôt tout le monde aura une voiture électrique et il n’y aura plus de problème, nous sommes donc des gens habitués à nous plaindre de tout … autrefois la vie était plus dure, etc. … Retenons tout de même une certaine colère perceptible sous les questions posées par le public, qui dans l’ensemble est agacé. D’autant plus que lorsque l’on va demander des renseignements sur le PLU à la mairie, c’est impossible d’en obtenir, dit l’un d’entre eux.

— Enfin, des questions sur le centre de congrès vont permettre au maire de reprendre son credo récurrent sur le développement économique, qui passe obligatoirement par cette réalisation, et qu’une étude a montré que c’était le meilleur emplacement. Il se heurta cependant à une contestation sur les emplois, sur les chiffres annoncés, sur les places de parking, sur la circulation, etc …, mais une magnifique intervention d’une personne combative en a réjoui plus d’un : une dame s’est présentée comme travaillant dans un bureau d’études pour l’économie de la construction du centre de congrès, et qui a dans les mains tous les documents le concernant. Il s’avère que le chiffre annoncé de 54 millions, est déjà largement dépassé, et qu’ils en sont à 70. Elle lance son appel à l’intention des contribuables de la C2A afin qu’ils prennent bien conscience de ce qu’on leur prépare. La tentative de l’interrompre par le maire fut vouée à l’échec grâce au courage et à la détermination de cette personne qui est revenue à la charge et qui a été très applaudie.

Nous pourrions dire que, malgré toutes les attitudes autoritaires et la voix qui monte si facilement, nous avons entendu :   « chaque fois que l’ on décide quelque chose, il est normal qu’ il y ait des opposants » …. Et peu après :  « il est possible que je me trompe » .

Il commence à douter mais il continue quand même !

_________________________________________________________________________

Des promesses aux réalités

Des promesses aux réalités

_______________________________________________________________________

Communiqué de presse / recours contre les délibérations du 9 avril 2015


Deux associations, Les Amis de la Terre 74 et Lac Annecy Environnement et deux citoyennes contribuables d'Annecy le Vieux ont déposé mardi 9 juin un recours en excès de pouvoir contre les deux délibérations du 9 avril prises par la C2A relatives à l'adoption de l'avant-projet définitif du CESC sur la presqu'île d'Albigny et à l'approbation du dossier d'enquête publique. 
Comme l'avait annoncé leur avocat Maître Cofflard lors de la réunion publique du 30 mai dernier, la légalité des délibérations du 9 avril 2015 apparaît très critiquable et affecte la régularité du dossier de saisine du Préfet qui doit ouvrir l'enquête d'utilité publique.    

Les moyens d'annulation exposés par lui et repris dans leur recours ne manquaient pas et concernaient aussi bien la procédure que le fond des décisions attaquées : irrégularité des délais de convocation et méconnaissance du droit à l'information des conseillers communautaires, absence de saisine préalable de la Commission d'appel d'offres, avenant bouleversant l'économie générale du marché de maîtrise d'oeuvre ruinant ainsi les conditions initiales de la procédure de jury concours et entachant la régularité du dossier de saisine du Préfet.    

 L'augmentation du coût initial de plus de 6 millions soit plus de 18 % au seul stade de l'avant-projet définitif (c'est-à-dire avant même d'avoir commencé les travaux!) impacterait gravement le budget de la C2A et donc celui de ses contribuables.    

Les élus ne devraient pas pouvoir être consultés sur la base d'un projet prévoyant d'ores et déjà de telles augmentations de prix.    

Ce recours s'inscrit dans la même démarche que les autres procédures juridiques en cours : la réponse à l'appel suite à l'invalidation partielle du PLU d'Annecy le Vieux et le recours contre le SCoT.
Nous citoyens, agissant à titre associatif ou individuel poursuivons par ce recours notre engagement à défendre le site de la Presqu'île d'Albigny afin qu'il ne soit pas irrémédiablement dénaturé par ce projet inutile et imposé.
 

Les Amis de la Terre – Lac Annecy Environnement – Deux citoyennes contribuables -
_________________________________________________________________________

Bonjour à tous,
Comme nous l'avions annoncé à notre réunion publique du 30 mai dernier, nous avons déposé hier un recours en excès de pouvoir contre les délibérations adoptées par la C2A le 9 avril dernier.
Nous sommes heureux d'avoir été rejoints par Lac Annecy Environnement (ALAE), et deux citoyennes contribuables d'Annecy le Vieux.

En tant qu'association mobilisée depuis 4 ans et demie dans la défense de la presqu'île contre ce projet de centre de congrès, il n'était pas concevable que nous acceptions ces décisions sans agir.

Nous avons une responsabilité à l'égard des 16000 personnes qui ont signé notre pétition qui est restée sans effet auprès des porteurs du projet.
Nous avons une responsabilité à l'égard des citoyens de plus en plus nombreux (280 personnes présentes à notre dernière réunion publique un samedi en fin d'après-midi) qui nous interpellent sur l'aberration de ce projet à tous points de vue et nous soutiennent pour qu'il ne voit pas le jour.
A tous, je redis : soyez sûrs que vous pouvez compter sur nous.

Amicalement
Patricia Jarno ; présidente des Amis de la Terre 74 ; 06 24 27 45 04
Ps :  Si vous souhaitez rejoindre le groupe terrain écrivez à
lapresquiledalbigny@gmail.com.
        Si vous souhaitez des autocollants ou des tee-shirts (c'est la saison !) contactez par mail contact@amisdelaterre74.org ou par tél
         Et n'oubliez pas de faire connaître ce blog :
http://sauvonslapresquilealbigny.over-blog.com/

Patricia Jarno (présidente des AT74) et Maître Louis Cofflard (avocat des AT74)

Patricia Jarno (présidente des AT74) et Maître Louis Cofflard (avocat des AT74)

Intervention de Denis Duperthuy (Elu communautaire C2A)

Intervention de Denis Duperthuy (Elu communautaire C2A)

Intervention de Bernard Bosson (Maire honoraire d'Annecy)

Intervention de Bernard Bosson (Maire honoraire d'Annecy)

Les auditeurs interressés

Les auditeurs interressés

COMMUNIQUE DES AMIS DE LA TERRE EN HAUTE-SAVOIE

Afin de financer les recours juridiques contre le projet de centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny, les Amis de la Terre en Haute-Savoie ont initié depuis un an une campagne spéciale d'adhésions et de dons à laquelle beaucoup d’entre vous ont participé. Qu’ils en soient très sincèrement remerciés.

Le 20 mai, lors de l’assemblée générale annuelle des AT-74, un compte rendu financier particulier a été présenté sur ce sujet dont le résultat se résume ainsi :

RECETTES : 9.638,45 €,  perçues

  • en espèces : 2.366,45 €,
  • en chèques ou virements bancaires : 7.272,00 € .

Ces sommes correspondent :

  • à des dons qui, pour ceux qui ont été encaissés en 2014, ont fait l’objet de reçus fiscaux envoyés par les AT-74 en février/mars, lorsque les donateurs avaient indiqué leur identité et l'adresse de leur domicile. A défaut (ou en cas d'erreur), vous pouvez envoyer un message à contact@amisdelaterre74.org
  • à des « ventes » de tee-shirts et d'autocollants lors de la tenue de stands ou lors de manifestations publiques.

DEPENSES : 6.055,21 € qui se décompose en frais :

  • d’avocats (Appel contre le PLU Annecy le Vieux, 1ère instance contre le SCoT du bassin annécien): 3.120 € (Pour information,, les AT-74 avaient déjà réglé -en 2012 et 2013- un total de 1.196 € d’honoraires pour la 1ère instance contre le PLU d’Annecy le Vieux, soit le 1/5ème du montant total demandé, alors réparti entre les 5 associations plaignantes)
  • de documents  divers (dont copies documents officiels) : 369,82 €,
  • de location (salles et matériel) : 277,05 €,
  • de tracts, affiches, brochures : 468,58 €
  • d’autocollants (514,40 €) et de tee-shirts spécialement conçus (1.123,01 €)
  • divers : 182,35 €

Plus amples informations peuvent être communiquées, sur demande, par Les Amis de la Terre en Haute-Savoie.

Le solde qui en résulte (+ 3.583,24 €) peut sembler confortable. Il est, cependant, largement insuffisant pour financer les nombreuses actions à venir et mener jusqu'à leurs termes toutes les procédures juridiques actuelles et futures.

Nous comptons donc toujours sur vous

et vous pouvez toujours comptez sur nous !

__________________________________________________________________________

jeudi 28 mai 2015 -N° 22  - LE FAUCIGNY -

ANNECY/ANNECY-LE-VIEUX Mieux que la Croisette, la presqu'île d'Albigny

Centre des congrès :

c'est déjà le festival du film !

Les anti-centre des congrès viennent de lancer une nouvelle offensive sur Internet en postant une longue vidéo dans laquelle ils redisent tout  le bien qu'ils pensent du nouvel équipement prévu à l'horizon 2020. A ce rythme, les  têtes d'affiche, Astorg, Duperthuy, Jarno et l'ancien  maire Bernard Bosson vont finir par voler la vedette à Vincent Lindon. Pour que Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer se prennent les pieds dans le tapis ?

Les actualités sur le projet

cyril pointe

cyril.pointe@lefaucigny.fr

 

Ils ne désarment pas. Après le vote du conseil communautaire de l'agglomération d'Annecy (C2A), le 9 avril dernier, par 38 voix sur les 56 élus que compte l'assemblée, les anti-centre des congrès d'Annecy repartent au combat pour dénoncer autant le non-sens environnemental de la réalisation envisagée sur la presqu'île d'Albigny que le gaspillage d'argent public qui l'accompagnera. Jean-Luc Rigaut, le patron de l'agglo, n'a pas manqué de leur donner du grain à moudre, récemment, en annonçant, avant même le premier coup de pioche, une augmentation du budget de 20% pour les seules études et la construction du bâtiment (nos précédents numéros). À l'initiative de l'association « Les Amis de la Terre », une nouvelle réunion publique des opposants au projet se tiendra ainsi ce samedi 30 mai, à 18 heures, à la salle des Eaux et Forêts d'Annecy (boulevard du Fier/avenue de Genève). Mais c'est bien sur Internet qu'il faut aller chercher la nouvelle offensive des « anti ».

 

scénaristes « en herbe »

II semble bien que le festival de Cannes, dont le rideau vient de tomber sur la Croisette, ait ainsi inspiré le collectif « Citoyens et contribuables », à l'origine d'une nouvelle vidéo des opposants. A moins qu'il ne s'agisse de l’approche du festival du film d'animation d'Annecy. A la manœuvre, deux scénaristes «en herbe », cela va sans dire, Roger Buffard et Gérard Proisy. Leur réalisation a été mise en ligne il y a quelques jours. Elle rencontre déjà un franc succès, avec une « sortie » sur les écrans d'ordinateur et de tablette, il est vrai, très bien relayée sur les réseaux sociaux. Pourtant, cette vidéo de 6 minutes et 16 secondes n'a rien à voir avec une superproduction américaine. Dans le jargon du cinéma, on parlerait plutôt d'un «petit budget ». Les réalisateurs ont en effet tourné avec les moyens du bord, caméra amateur et même vidéo à partir d'un téléphone portable. On est bien loin du film officiel également en ligne, sans aucun doute plus onéreux, des pros de la com’ au service de l'agglo, dont la visite virtuelle du futur site en images de synthèse en met plein les yeux (lire ci-dessous).

Les premières scènes démarrent sur une musique qui ressemblerait à s'y méprendre au générique des célèbres « Dossiers de l'écran », l'émission culte du cinéma d'« Antenne 2 ». Limite anxiogène. Le sujet le mérite sans doute pour les opposants ! L'extrait est en fait tiré d'une œuvre jouée par l'orchestre symphonique de Ljubljana, « Coriolan opus 62 ». Du classique, en somme, qui tranche, là encore avec la musique électronique et résolument futuriste retenue pour accompagner le film de l’agglo. Qu'on se le dise, les deux camps ne vivent pas dans le même monde et n'ont surtout pas la même vision de l'avenir ! La preuve en est donnée par la musique, mais aussi par le texte dès l'introduction de ce film de « citoyens, contribuables, apolitiques » comme l'image le mentionne en haut de l'écran. Pour bien planter le décor de ce qui va suivre, quelques messages clés sont immédiatement figés : « Tous unis pour sauver la presqu'île d'Albigny », « après l'aventure des J.O. d'hiver à Annecy, la construction d'un nouveau centre des congrès », ou encore « un projet surdimensionné qui conduit à un nouveau gaspillage de l'argent public ». Le ton est donné.

 

Bernard Bosson, du « Audiard » dans le texte !

Quatre acteurs principaux vont ensuite se charger d'enfoncer le clou. Au générique, on retrouve deux élus de l'opposition de gauche d'Annecy, François Astorg et Denis Duperthuy, la présidente des «Amis de la Terre », Patricia Jarno, et enfin l'ancien maire de la ville-centre, Bernard Bosson. A la différence près que ce dernier n'apparaît pas «face caméra », comme les trois autres, mais au travers d'un extrait d'interview réalisée sur la télé locale et d'un « son » tiré de l'une de ses interventions publiques sur son opposition farouche au projet, qui résonnerait presque comme un appel à la résistance. Bernard Bosson ne s'en offusque pas : « Les auteurs n’ont pas demandé à me filmer. Mais j'aurais accepté sans hésitation, car je suis en rapport d'absolue amitié et de confiance avec eux », confie l'ancien ministre et député, qui balaie d'un revers de main toute utilisation « abusive » de son image en marquant, une fois de plus, sa totale solidarité avec les détracteurs. Car le sujet lui tient à cœur, au-delà de toutes les chamailleries politiques d'un autre temps qui pourraient ressurgir à cette occasion. « Quand je me suis retiré, j’ai toujours dit que je n'interviendrai jamais sur l’actualité locale, sur les choix, les orientations des élus en poste, parce que je ne veux pas être le vieux con qui a l'air de savoir », explique Bernard Bosson, presque du « Audiard» dans le texte ! Et de poursuivre : « J'ai dit que je ne prendrai pas position, sauf si on venait à toucher au Semnoz et à la protection du lac. A l'échelle des années qui me restent, je pensais vraiment que cela n'arriverait pas. Mais la réalité du projet  de centre des congrès, aujourd'hui, me prouve le contraire, Là on est en train de sacrifier un joyau qui est le bien commun, le jardin de tout le monde, en parfaite contradiction avec les orientations de sauvegarde engagées depuis des décennies. Derrière tous les artifices utilisés pour masquer son impact,  ce projet et plus précisément le choix du site sont une grave erreur, un non-sens absolu qui va aussi créer un précédent extrêmement fâcheux. C'est pour cela que je m'engage sans condition et j'espère que l'on va gagner », poursuit Bernard Bosson. Les militants de tous bords n'ont qu'à bien se tenir !

 

RÉPLIQUES

Sans concertation, donc, avec l'ancien maire, mais en parfaite osmose avec ses convictions, l'élu « vert » de l'opposition annécienne François Astorg, dénonce à son tour devant l'objectif un projet « irresponsable » qui n'a pas vocation à être durable, « alors que le marché des centres des congrès est déclinant depuis plusieurs années et n 'arrive pas à remonter la pente », en rappelant aussi la réalité du centre actuel hébergé par l'« Impérial Palace » qui est déjà « déficitaire ». Astorg s'éclipsera ensuite après une dernière réplique sur le bétonnage à venir, « La presqu'île d'Albigny, c'est 80 % de verdure qu'on va remplacer par 80 % de béton ».

Son collègue de l'assemblée communale, l'ex-Socialiste Duperthuy, lui emboîte le pas en revenant sur le « consensus politique » qui a toujours prévalu pour «faire un grand parc autour de l'Impérial », «pour le rendre accessible à tous les habitants de l'agglomération », et sur lequel s'assoient les porteurs du projet. Denis Duperthuy ne tarde pas non plus à regretter l'absence de consultation populaire qui a entouré le choix du site. En matière de référendum, il aurait presque pu citer le dernier exemple irlandais sur le mariage homosexuel dont les réformistes français de tous poils feraient bien de s'inspirer. Mais sa séquence a été tournée dans les derniers jours d'avril, le résultat des urnes n'était donc pas encore tombé ! Alors Duperthuy en remet une couche, à son tour, sur les « chiffres farfelus annoncés » en matière de retombées économiques, sur un marché des congrès « en déclin ».

Pour éviter que ce film « engagé » ne tourne à la seule tribune politique, le rôle de l'héroïne revient, pour finir, à la présidente locale des « Amis de la terre », Patricia Jarno. Son cheval de bataille : la loi Littoral et ces « 10.000 m2 de béton qu'on veut nous imposer », illustre-t-elle, en prenant soin de tacler la politique urbanistique d'Annecy-le-Vieux, avec l'annulation partielle par le tribunal administratif du PLU de la commune de Bernard Accoyer, justement «pour non-respect de la loi Littoral ».

S'ils ont un peu d'humour, les porteurs du projet accepteront peut-être la projection de ce film, dans quelques années, dans l'auditorium de 800 places prévu six mètres sous terre au sein du futur centre des congrès. Les opposants n'ont, eux, pas dit leur dernier mot pour une projection en plein air.

 

Le centre des congrès fait son cinéma

Le Faucigny a retenu trois films pour sa sélection officielle sur Internet des vidéos pouvant éclairer les esprits sur les protagonistes et les enjeux du futur centre des expositions, des séminaires et des congrès d'Annecy. Nous laisserons le choix à nos lecteurs de décerner le «palmipède d'or » du lac entre :

Voici le travail réalisé par un groupement de citoyens opposés à cet horrible projet :
 
 

"Nous avons décidé de réaliser une vidéo fondée sur des faits, sans polémique et permettant à chacun de se faire sa propre opinion sur le projet d’implantation d’un nouveau centre de Congrès sur la presqu’île d’Albigny.

Il s’agit pour nous de pallier le manque d’informations manifeste de la part des porteurs du projet.

Il convient de rappeler que bientôt, sera ouverte une enquête publique sur la DUP ( directive d’utilité publique) permettant à chacun de pouvoir s’exprimer par écrit.

En tant que Citoyen et Contribuable chacun doit  pouvoir prendre ses responsabilités et être entendu. Les enjeux sont capitaux, tant sur le plan de l’environnement qu’économique et juridique."

Rien n’est joué......Mobilisez vous ...

et aidez nous dans notre combat en diffusant le plus largement possible cette vidéo.

_____________________  Défense de la presqu'île d'Albigny  ______________________

9 avril : adoption de l'avant-projet définitif du

Centre de Congrès par la C2A.

Et maintenant que faire pour en empêcher la réalisation ?

SAMEDI 30 MAI 2015

REUNION DEBAT A ANNECY

18-21 heures

Salle des Eaux et Forêts

(à l'angle de l'avenue de Genève et du boulevard du Fier

Les actualités sur le projet

– A diffuser largement. Merci –

____________________________________________________________________

Centre de Congrès : Que d’eau, que d’eau !

Évidemment, vouloir construire un Centre de Congrès en zone inondable (même inondée ces jours-ci, comme le montrent les photos ci-dessous), et en plus enterré aux 2/3, c’est assez surréaliste. Nous savons tous que ces débordements du lac arrivent régulièrement. On pourrait se retrouver avec le Centre des Congrès (CESC) transformé en immense piscine souterraine genre « Titanic ». Il y a bien d’autres lieux dans l’agglomération où le CESC pourrait être implanté, qui respecteraient le code de l’urbanisme, ne seraient pas inondables, et permettraient de démarrer sans attendre.

Pourquoi cet acharnement à bétonner les rives du lac ? Les élus qui poussent le projet essayent d’aller à marche forcée sans se soucier de contraintes légales pour essayer de rendre la situation irréversible, malgré les obstacles :

  • Le Tribunal administratif de Grenoble a annulé la partie du Plan Local d’Urbanisme (PLU) d’Annecy-le-Vieux qui aurait permis de construire sur la presqu’île d’Albigny.
  • Le préfet a validé le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du bassin annécien en faisant valoir que la construction sur la presqu’île est d’utilité publique ! Et pourtant, le rôle du préfet est de faire respecter la légalité, pas d’approuver la violation de la loi littoral sous prétexte que le projet lui plait … mais le même préfet fête son départ de la Haute-Savoie le mois prochain…
  • La Déclaration d’Utilité Publique est nécessaire pour pouvoir procéder à des expropriations. Or, il y a encore 6 propriétaires récalcitrants qu’il faudra exproprier, ce qui demandera des mois et peut-être des années … et sera impossible si la DUP est refusée.

En attendant on dépense sans compter pour ce projet, le coût estimé s’envole, les hypothèses de coût de fonctionnement sont irréalistes, et la réalité serait plus certainement un déficit chronique qui plomberait pour très longtemps les finances de l’agglomération, et toute capacité d’investissement.

Non, la presqu'île d'Albigny n'est pas le meilleur lieu pour construire un centre de congrès de 9800 m2 à 30 mètres du lac,

Avec deux niveaux en sous-sol, une large faille sensée y envoyer de la lumière,

Devinez ce qui tombera dans cette faille ? Des torrents d'eau !

Nous savons que de l’autre côté de la route, les sous-sols des immeubles sont  régulièrement inondés.

Il faudra donc pomper ...pomper  ...et devinez qui sera pompé en plus ?

Savez-vous que la mosquée de Meythet a été fermée en 2013, suite à décision judiciare, parceque située en zone inondable !

_______________________  Photos  Plus belle ma vie  _____________________

Nous ne résistons pas à l'envie de vous faire réécouter l'interview du maire honoraire d'Annecy, Bernard Bosson, du 4 avril 2013. Elle n'a pas pris une ride !

___________________________ Librinfo74 ____________________________

L'ECHO DES SAVOIE s'intéresse à notre cause !

Débat Jean-Luc Rigaut Patricia Jarno

Débat Jean-Luc Rigaut Patricia Jarno

Focus

Focus

_______________________________________________________________________

L'"étourderie" et les fausses promesses sont-elles acceptables

venant d’élus qui ont droit à des pages entières dans les journaux,

qui jonglent sans compter avec l'argent public,

qui se font voter des rallonges d'indemnités

grâce à leurs mensonges.

Pas besoin pour eux, d'être compétents, ni transparents, ni de tenir leurs promesses.

Mr Rigaut a "oublié", pendant deux ans, de tenir compte des "études" dans le coût global du centre de congrès! ... une paille de 6,5 millions d'euros. Il jurait que le coût n'augmenterait pas.

Il avait promis qu'il n'y aurait pas d'augmentation d'impôts... à peine élu aux élections municipales, une augmentation est annoncée! 

Par bonheur, l'augmentation de ses indemnités (2000 euros mensuels en tout), a été acceptée par les élus ! Pas de problème pour lui.

Mr Accoyer, qui avait fait voter en 2006 l'achat de la villa Abeille pour 4 000 000 d'€ car " elle était installée sur un site exceptionnel qu'il fallait préserver", veut aujourd'hui la démolir, couper des arbres qui devraient avoir été classés, et les remplacer par un deuxième centre de congrès, monstre de béton, de verre et de bois, de 150m de long, 30m de large et 12m de haut (dernier coût annoncé, 54 000 0000 d'€) !

Ils n'hésitent pas, dans le même temps, au conseil d'Agglo, à dénoncer la diminution des subventions aux collectivités, à déclarer que les habitants devront s'habituer à être moins aidés !! 

Tous deux "oublient" d'informer les habitants-électeurs, que le tribunal administratif a refusé de classer l'emplacement du projet de centre de congrès en zone constructible !

Ils "oublient" de signaler qu'un recours contre le SCoT est déjà bien engagé, qu'il va se heurter aux mêmes freins de la loi Littoral !

Ils continuent d'affirmer qu'ils respectent la loi !!!

L'argent déjà mis dans ce projet sera parti en fumée, comme celui des JO 2018.

Une incompétence qui nous coûte très cherTout cela c'est de la gabegie d'argent public, de nos impôts ! Du transvasement de nos poches dans les leurs... grâce à leurs mensonges, et avec la complicité des journaux.

Il faut que les habitants floués ouvrent les yeux. 

___________________ Josie françois __________________________

CENTRE DE CONGRES : Ne soyez pas DUP !

Devant la résistance de la population au projet de Centre de Congrès sur la Presqu’île d’Albigny, Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer accélèrent pour rendre la situation irréversible, peu soucieux des lois d’urbanisme de protection du littoral, du respect des procédures, et des décisions de justice.

Le 9 avril, l’avant-projet définitif a été voté à la C2A en dépit de la résistance de nombreux élus, et dans la foulée la procédure de DECLARATION D’UTILITE PUBLIQUE (DUP) va bientôt démarrer. La DUP est une procédure administrative qui permet de réaliser une opération d’aménagement sur des terrains privés en expropriant les propriétaires récalcitrants précisément pour cause d’utilité publique. Elle est obtenue à l’issue d’une enquête d’utilité publique. Cette procédure est nécessaire en vertu de l’article 545 du Code civil.

____________________ Plus belle ma vie _________________________
 

Le maire honoraire d'Annecy soutient les opposants au projet : Interview du 19 avril 2015 au Dauphiné Libéré :

Centre de congrès  L’ancien député maire d’Annecy reprend les armes contre le projet d’Albigny

Bernard Bosson : « Me taire serait une complicité » 

« Mon espoir, c’est que les Annéciens se lèvent et disent non à ce projet » assure Bernard Bosson. Au nom du devoir de réserve qu’il s’impose, L’ancien maire ne dira pas un mot sur l’attitude de son successeur, Jean-Luc Rigaut, qu’il a lui-même « porté » à la mairie, il y a plus de huit ans maintenant… Photo le DL/ID.

« Mon espoir, c’est que les Annéciens se lèvent et disent non à ce projet » assure Bernard Bosson. Au nom du devoir de réserve qu’il s’impose, L’ancien maire ne dira pas un mot sur l’attitude de son successeur, Jean-Luc Rigaut, qu’il a lui-même « porté » à la mairie, il y a plus de huit ans maintenant… Photo le DL/ID.

Depuis le début du projet de centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny, vous avez manifesté votre opposition. Mais vos prises de paroles sont restées rares. Pourquoi ?

« Quand j’ai quitté la mairie après 30 ans de mandats, j’ai toujours dit qu’un ancien maire doit se taire, qu’il a un devoir de réserve sur tous les problèmes locaux. J’ai dit en partant que je  garderais le silence, sauf s’il était question du lac et de ses rives, où je devrais intervenir… En disant cela, je n’imaginais pas un quart de seconde avoir à le faire ! »

La défense du lac et de ses rives, c’est sacré pour vous. C’est le seul dossier sur lequel vous intervenez ?

« La tutelle des anciens maires me hérisse le poil. Ni mon père (NDLR, Charles Bosson), ni André Fumex n’ont agi ainsi ; je suis dans cette filiation. De ce fait, je ne m’exprime pas sur le sujet centre de congrès. Je n’ai rien à dire sur le fait qu’il faut ou non en construire un deuxième, ni de quelle taille et de quel niveau d’équipement. Ni sur la nécessité d’avoir au moins deux hôtels à proximité, et un terrain public pour le construire. Et qu’il faut prévoir et ajouter le prix des parkings… Je ne m’exprime donc que sur un seul point : la localisation sur la presqu’île d’Albigny. Il est évident que je n’ai rien à dire sur autre chose. »

Qu’est-ce qui vous gêne dans cette localisation ?

« Le destin de cette presqu’île… Autour du bâtiment de l’Impérial, qui date des années 1910, elle doit devenir un immense parc de verdure ouvert à tous. Mais ça c’est demain, ce n’est pas pressé. Ils veulent y construire cette immense masse de béton, plus longue que l’Impérial Palace, en réalisant une muraille entre les habitants et leur lac, avec 9000 m² de surface au sol, 10 000 m² de surface de plancher, d’une hauteur de 12 mètres à son point culminant, soit un immeuble avec rez-de-chaussée et trois étages ! Il y a d’autres endroits possibles pour construire ce centre de congrès. Donc ce n’est pas une faute, c’est un crime. »

Selon vous, la règle : rien entre le lac et la première voirie doit s’appliquer ?

« Je ne suis pas le gardien d’un musée, d’une idée ringarde et passéiste. Les Annéciens, qu’ils soient natifs ou adoptifs, se sont appropriés les bords du lac, et cette règle d’or commune à l’immense majorité de la population : on ne construit rien entre le lac et la première voirie, outre des piscines ou des plages. C’est ancré désormais dans l’ADN des Annéciens. »

Les arguments des porteurs du projet, Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer, sont que cet équipement à cet endroit-là est nécessaire au développement économique. Que répondez-vous à cela ?

« Il s’est forgé dans l’âme de la ville, un sentiment que je tiens à exprimer haut et fort : à Annecy, on n’oppose pas défense de l’environnement et intérêts économiques. “Le cadre a attiré les cadres”, disait Raoul Blanchard repris par Louis Armand. Georges Salomon l’avait bien compris. Aussi, pour faire signer des contrats, il invitait toujours les épouses de ses clients, à visiter la ville, tandis que monsieur visitait l’usine… Ici, c’est notre environnement qui permet l’économie et les emplois. Cela n’a pas de prix, cela a un coût. »

Vous considérez ce projet comme une véritable trahison ?

« Renoncer à cela, c’est-à-dire sacrifier un parc qui doit être celui des habitants et en même temps abîmer les rives, alors que c’est la beauté des rives qui soutient notre économie touristique, c’est une absurdité, une trahison de l’essentiel du message de la ville. »

Que comptez-vous faire alors que les élus ont validé l’avant-projet, malgré les onze votes contre et les quatre abstentions ?

« Je n’ai de leçons à donner à personne, mais j’ai un devoir d’alerte. Mon espoir, c’est que les Annéciens continuent à se lever et à dire non à ce projet. Et le fait que ce soit une zone urbanisée ou pas n’a aucune importance… J’ai été ministre de l’urbanisme, c’est un sujet que je connais. La loi Littoral a été votée en 1981 à l’unanimité, ce qui est rare sur un sujet lié à l’environnement. Elle n’autorise dans les espaces proches du rivage qu’une augmentation de la construction existante. Une loi que la jurisprudence a éclairée en limitant cette augmentation à 10 % maximum. Je n’ai pas trouvé en 20 ans une seule décision contraire ! »

Donc vous êtes donc persuadé qu’il y aura des recours ?

« Il y aura recours c’est sûr ! C’est triste quand il s’agit de défense de l’environnement. On dit toujours que les citoyens ont le lac qu’ils méritent… Alors avant de donner la parole aux juges, les citoyens doivent prendre la parole. »

Selon vous, le préfet devrait-il intervenir ?

« Le préfet applique avec une grande dureté la loi Littoral, sauf dans la ville du député… Pourquoi n’a-t-il pas saisi le tribunal administratif ? Si on a tort, et qu’ils ont raison avec leur dossier en béton – ce qu’il est avec 10 000 m² de béton prévus ! – pourquoi ne pas le faire dire aux juges ? On l’a fait pour le terrain de l’hôpital… »

Vous êtes vraiment choqué par ce qui se passe. Pensez-vous que la loi vous donnera raison ?

« Encore une fois, je ne suis pas tourné vers le passé… Ma vision, c’est l’expérience et l’acquis philosophique d’une ville qu’on risque de détruire. J’en suis absolument bouleversé. Face à ce qui risque de se passer, me taire serait une complicité. La presqu’île est un prétexte, on assiste à un incroyable revirement, en opposant la défense de l’environnement et l’économie. Mais il y a une jurisprudence lac d’Annecy. On a gagné jusque-là, c’est ce qui a protégé Annecy… »

Propos recueillis par Isabelle DAVIER

__________________________________________________________________________

Le 9 avril 2015 devant le Météore

Le 9 avril 2015 devant le Météore

Nos conseillers communautaires ont voté pour la continuation du projet de centre de congrès sur la presqu'île, mais retenons :

 - Les 350 manifestants présents pour accueillir nos élus et les 200 qui ont assisté aux débats.

 - Les interventions des opposants et en particulier, celle, brillante, argumentée et convaincante de Denis Duperthuy.

 - Les commentaires des président et vice président qui ne répondent pas aux questions pourtant précises.

 - L'évolution de l'opinion des votants, sachant que de 3, lors du lancement du projet, ils sont passés à 11 votes contre, plus 4 abstentions.

 - La présence de médias locaux, en particulier de :

 Librinfo74 !

8 Mont Blanc !

__________________________________________________________________

Mr Rigaut communique à tord et à travers :

Sur le centre de congrès. Liste de ses "informations" importantes qu’il a données : 

   - Des propriétaires de la Presqu'ile  attendraient la DUP pour vendre leurs habitations à la C2A,  car ils en seraient financièrement gagnants !

   - Le Préfet approuvera la DUP pour les expulser, le centre de congrès  étant  d'utilité publique, puisque le financement sera public !… le raisonnement ne tient pas.

   - Le conseil général (ou conseil départemental) apporterait 10.000.000 d'euros pour le projet... mais son Président , ne semble pas être au courant !

   - Le coût avancé sous-évalué de 7.OOO.OOO d'euros ; suivant le journal qui rapporte les justifications de Mr Rigaut, il s'agirait:

     .  Soit d'un "amalgame", car le coût « ne comportait pas les études »... Mr Rigaut «croyait » le contraire.

     . Soit "les études de sol se sont révélées plus complexes"... ce n'est pas la même chose !

Donc Mr Rigaut engage l'argent public et diffuse des affirmations péremptoires à partir de ses "croyances" non vérifiées.

Les fondations devraient être « plus complexes » (profondeurs, étanchéité), avec des surcoûts importants. Ces sondages auraient dû être réalisés avant le choix du site !

 

Sa gestion de l’argent public :

. Le désastre budgétaire des JO 2018.

. Les 2000 euros mensuels qu'il s'est fait octroyer dès sa réélection aux municipales.

. La promesse de campagne de non augmentation des impôts, pour rapidement en annoncer des augmentations.

. Ce projet injustifié,  de centre de congrès, dont le coût devrait encore gonfler de façon spectaculaire.

Le maire-d'Annecy-Président-d'Agglo Rigaut gère nos impôts avec une légèreté irresponsable, gaspillant l’argent public sans états d’âme !

 

... Le comble :

Pour compenser, les habitants dépensent beaucoup d’énergie et paient des avocats...

On marche sur la tête, mais on ira jusqu'au bout.

__________________________________________________________________

Plus grand, Plus haut, Plus cher, mais Pas Plus Utile !

Entre nous soit dit

Bonsoir à tous,

La présentation grand luxe sur papier glacé de la nouvelle maquette du centre de congrès ne nous a pas impressionnés.

Un surcoût de 7 millions soit l'équivalent de ce qu'aurait coûté le centre de congrès sur le parking Balleydier (estimé à 6,5 millions)...

La justification donnée par le président de l'agglo dans l'Essor du 2 avril est quelque peu Surprenante de la part d'un élu responsable, qui avait TOUJOURS promis juré que le projet ne coûterait que 37 millions d'euros (hors taxe) : « j'ai fait un amalgame. Je pensais que les 37 comprenaient l'étude mais ce n'était pas le cas ».

Mazette se dit-on, pour un projet de cette envergure, il est seul à « penser »...

D'autant que nous lui avions rappelé moultes fois qu'il oubliait pleins d'éléments dans le montage financier...

Un amalgame de sept millions (20 % d'augmentation tout de même!) qui fait drôlement froid dans le dos quand on sait que le chantier n'est pas commencé. Mais c'est promis juré il n'y aura pas d'autre hausse. OK mais quid des coûts de fonctionnement et des aménagements intérieurs ? OK mais la rénovation de Bonlieu a tout de même coûté le double...

«La collectivité maîtrisera l’exploitation» dit-il «qui sera à l’équilibre avec 200 à 230 jours d’occupation et 900 emplois induits» (Dauphiné du 31 mars 2015).

Quand on connaît la moyenne de 12 congrès par an par site (étude des retombées économiques des centres de congrès en 2011), comment arrive-t-on à ce résultat fantastique ?

Et les emplois induits ? De quoi ? De ces derniers chiffres qui ne reposent sur rien ? (un peu peur à l'amalgame).

Et Mr Rigault poursuit en affirmant que « ce sera un financement public, une exploitation publique et un endroit public. On le fait pour les citoyens. » (Essor du 2 avril).

Les bras m'en tombent. Non seulement le président de la C2A pense tout seul. Et se trompe. Mais il pense pour nous aussi ! On lui a pourtant dit qu'on n’en voulait pas ! (plus de 16000 signatures à la pétition). Mais qui va payer ? Alors là, il est clair : l'agglo et le département (10 à 11 millions) c'est à dire NOUS. Facile ! Pourtant, le président du département réélu ce matin, vient de dénier cet engagement en disant que rien n'avait été voté. Le président de la C2A a-t-il fait un autre amalgame en associant (tout seul) un projet d'agglo au département ? En confondant sa volonté avec celle de tous les élus du département ?...
Et il voudrait nous convaincre qu'il s'agit d'un projet d'utilité publique ???!!!
Ceux qui comme nous pensent que le centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny n'est pas d'utilité publique, c'est le moment :

amicalement

Patricia Jarno  Pdte des Amis de la Terre en Haute-Savoie  06 24 27 45 04

_____________________________________________________

JEUDI 9 AVRIL

dès 17 heures 15

 

DEVANT LE METEORE À MEYTHET

(27, route de Frangy)

 

venons tous dire aux élus de la Communauté

de l’Agglomération d’Annecy (C 2 A)

 

• Annecy • Annecy le Vieux Argonay Chavanod • Cran-Gevrier

• Epagny • Metz-Tessy Meythet • Montagny-les-Lanches

• Poisy • Pringy Quintal • Seynod

 

réunis pour voter pour ou contre

le lancement d'une procédure de D.U.P

 

que le projet de centre de congrès

sur la presqu’île d’Albigny

 

N'EST PAS D'UTILITE PUBLIQUE

 

L'emprise au sol, la hauteur, le coût et notre colère explosent !

A vérifier sur le Blog de Denis Duperthuy

 

Ce qui n'arrivera pas (image C2A)

Ce qui n'arrivera pas (image C2A)

Bonsoir à tous,

Comment se déroule une enquête publique ? Qui peut y participer ? Comment juger de l'utilité publique d'un projet ?
Telles sont quelques interrogations auxquelles pourra répondre Daniel Ibanez, auteur de Trafics en tous genres qui décortiquent depuis trois ans le dossier du Lyon-Turin. Partant de cet exemple il nous démontera les mécanismes des GPI (Grands Projets Inutiles) et les problématiques du débat public

le mardi 10 mars à 20 heures à la salle des Clarisses (Quai des Clarisses) à Annecy.
Nous vous rappelons concernant notre campagne "nous ne sommes pas minoritaires" que vous pouvez vous fournir en autocollants, tee-shirts ou brochures durant la permanence du mercredi à la maison des associations de Cran Gevrier entre 17 et 19 heures.

___________________________________________________________

Trois élus d'Annecy interpellent le préfet

Objet : Demande de saisie du Tribunal Administratif pour avis préalable

                                                                    Annecy, le 22/02/2015

M. le Préfet,

Le président de la communauté d’agglomération d’Annecy annonce, dans une interview au Dauphiné Libéré du 13/02/15, qu’il fera voter en avril le lancement d’une procédure de Déclaration d’Utilité Publique concernant la réalisation d’un nouveau centre d’expositions, de séminaires et de congrès, sur la presqu’île d’Albigny. Cette procédure se terminera par votre décision de signer ou non la déclaration d’utilité publique.

Le projet qui est aujourd’hui proposé est estimé à plus de 7000 m² de surfaces utiles, alors que la superficie estimée du bâti sur les terrains actuels serait d’environ 1000 m². Il nous faut ici rappeler que le lieu de la presqu’île d’Albigny est soumis à la loi littoral et qu’il comporte un certain nombre d’espaces remarquables. Cette loi prévoit la possibilité d’une « extension limitée d’urbanisation » en cas de réaménagement urbain. Cette notion, floue, s’interprète à la lecture des divers jugements et arrêts qui font la jurisprudence des tribunaux.

                                   

Pour notre part, d’après ce que nous en avons compris, cette jurisprudence semble à présent admettre une augmentation de surface du bâti comprise entre plus ou moins 10% par rapport à l’existant. On observe, dès lors, que le projet de nouveau centre des congrès est largement en dehors de cette fourchette, ce qui risque d’alimenter les contentieux à l’encontre du projet.

Pour éviter de perdre du temps et surtout de l’argent public, il nous semble préférable de prendre le problème « à l’envers ». Il nous apparaît plus judicieux de faire dire le droit et la jurisprudence directement par le Tribunal Administratif en ce qui concerne la constructibilité de ce tènement. Cela revient à poser au Tribunal Administratif, dans ce qui est appelé un avis préalable, la question suivante : étant donné le bâti existant, la surface du terrain, et l’application sur ce lieu de la loi littoral, pouvez-vous nous indiquer quelle pourrait être la surface bâtie maximale que ne devrait pas dépasser tout nouveau projet ? C’est pourquoi nous vous sollicitons ce jour.

Vous comprendrez, Monsieur le Préfet, que notre démarche vise l’intérêt général, celui de la sauvegarde de l’argent public et la prévention des risques contentieux. Il est évident qu’un avis préalable qui invaliderait d’entrée de jeu le projet retenu par la C2A permettrait à celle-ci d’arrêter de s’obstiner dans un projet irréalisable aux yeux du droit et ferait faire des économies.

Nous espérons, Monsieur le Préfet, que notre démarche d’élus responsables, soucieux du bon usage de l’argent public et de la sauvegarde des intérêts des habitants de notre bassin de vie, saura vous convaincre d’engager une telle procédure auprès du Tribunal Administratif (qui a un délai de réponse très court ce qui ne ralentira en rien le projet, mais sécurisera ce point important).

Nous vous remercions pour l’attention portée à cette lettre et vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre plus haute considération.

        Denis Duperthuy                 Claire Lepan               Gérard Tupin

_________________________________________________________________

Réponse de Monsieur le préfet à Denis Duperthuy, Claire Lepan et Gérard Tupin

Réponse de Monsieur le préfet à Denis Duperthuy, Claire Lepan et Gérard Tupin

Essor Savoyard du 19 février 2015

Essor Savoyard du 19 février 2015

Mrs Rigaut et Accoyer rivalisent dans la désinformation et la langue de bois :

La dictature, c'est "ferme ta gueule",

et la démocratie, c'est "cause toujours"!

Ce vendredi 13, dans une interview du Dauphiné Libéré, Mr Rigaut affirme que le projet se porte bien, que dans 1 an tout sera bouclé, qu'il y aura de la démocratie (il serait temps !!!).

Il avance des dates pour l'achat des propriétés, pour une DUP permettant d'expulser les derniers propriétaires, pour le début des travaux... et curieusement, elles ne cessent d'être repoussées.

Il n'évoque à aucun moment le recours contentieux des Amis de la terre contre le SCOT du Bassin Annécien, déposé en Août 2014.

Celui-ci met en cause la légalité de la prescription de construire le centre de congrès sur la presqu'île, et dénonce la violation de la loi Littoral.

Pourtant, le mémoire en défense a été envoyé en janvier 2015 ...il ne peut l'ignorer ! OU BIEN, IL PREFERE QUE LES HABITANTS NE LE SACHENT PAS !

Cette procédure devrait durer environ deux ans, comment peut-il affirmer avant le jugement, que la construction pourra commencer en été 2016 ?

Le même vendredi 13, (loi du hasard ?  date porte-bonheur ? , stratégie ?), Mr Accoyer, à l'Espace Rencontre d'Annecy-le-Vieux, présidait une réunion publique, accompagnée d'une exposition, pour informer les habitants de la révision du PLU...OUI! Le PLU voté en 2012 a été partiellement rejeté, pour deux sujets en rapport avec le secteur d'Albigny :

          -  le long de l'Avenue du Petit-port,  secteur proche des rives,  les arbres auraient dû justifier un classement en espace boisé protégé

          -  le site a subi un nouveau classement en zone constructible pour le tourisme... ce qui est illégal dans ce secteur.

Pour la révision du PLU, 4 Cabinets d'Etudes !! (Payés par les contribuables, pour aider à contourner la loi ??)

Au menu : qu'est-ce qu'un PLU ? quelles sont les étapes ? (rien de nouveau par rapport au précédent), projection et commentaires de cartes illisibles, nombreuses photos de paysages ruraux, comme si la commune était un gros village.

Aucune image concernant le lieu exceptionnel à préserver, objet du litige, sur la presqu'île... sauf pour dire que le public aura plus d'espace, puisqu'on serait autorisé à se promener sur le toit (même s'il y avait des congressistes en masse ?).

Quelques questions furent posées après avoir dû décliner : nom, prénom, et adresse

Elles ont porté sur " le vide " des panneaux d'exposition présentés à la mairie, sur la difficulté des opposants à avoir des renseignements ... et sur le Centre de Congrès et son site.  Et avant que Mr Accoyer regarde avec impatience sa montre, il a subitement monté le ton de façon péremptoire en déclarant que : quoiqu'il en soit, la municipalité ne changerait pas de position :

          -   Pour les espaces boisés, pas de soucis, le sujet est à l'étude

          -   Pour le classement illicite, ce n'est pas vrai !! (déni de réalité)

          -   Pour une question sur les risques de perturbation de l'écoulement des eaux de ruissellement qu'entrainerait un excès de constructions, pas de soucis, tout a été prévu.

Notre avis : cette réunion " démocratique «, c'est de la poudre aux yeux, surtout que la prochaine réunion n'aura lieu qu'en mai.

Les contribuables vont encore devoir payer ces inconséquences.

A coup de sondages géologiques, d'enquêtes publiques à répétition (il y en aurait moins si les lois étaient respectées !), d'expositions, de cabinets d'experts, de com..., la note des ancileviens et de toute l'Agglo ne cesse d'augmenter...en période de crise et de baisse des subventions !

__________________________________________________________________

En vue de la révision du PLU d'Annecy le Vieux ,une réunion publique se tiendra :

Vendredi 13 février 2015

à 19h30 à  l'ESPACE RENCONTRE 

39 rte de Thônes à ANNECY-LE-VIEUX

 

C'est une opportunité pour exprimer notre souhait de la préservation des bords du lac, et de réaffirmer notre refus de la construction d'un Centre de Congrès sur la presqu'île d'Albigny.

Préparez vos questions il est important que nous soyons nombreux

notons également  qu'une exposition consacrée au PLU et évoluant au fur et à mesure de cette révision est présentée à la mairie d'Annecy-Le-Vieux et restera visible jusqu'au vote du PLU ( une grande partie de l'année .)

il y est déposé un registre où chacun peut s'exprimer .

Il faut persévérer avec les moyens que nous donne la loi ...

SAUVONS-LA-PRESQU'ILE D'ALBIGNY

__________________________________________________________________

Bonsoir à tous,


Un grand merci à la cinquantaine de personnes présentes vendredi soir à la salle des Papeteries au lancement de notre campagne "NOUS NE SOMMES PAS MINORITAIRES". Outre les dernières informations liées au projet et la découverte de la brochure, nous avons ll longuement  échangé sur l'absence de la prise en compte de l'opinion du citoyen par rapport pourtant à un projet qui serait entièrement financé par lui ....

Elles sont reparties avec des autocollants et des brochures, et la conscience du rôle que chacun et chacune a à jouer dans la visibilité de notre opposition à ce projet.
Elle doit se voir maintenant et de plus en plus. Et pour cela nous avons besoin de vous !

Faites circuler la brochure largement. Aidez nous à diffuser les autocollants en venant les chercher à la permanence de la maison des Assocs  tous les mercredis entre 17 et 19 heures ou en me contactant par téléphone. J'ai également des tee-shirts "sauvons la presqu'île" à disposition.  Je recherche des lieux relais où nous puissions  laisser du matériel  en dépôt : domicile, cafés....
Dans les 13 communes de l'Agglo et au-delà : certaines personnes présentes venaient bien au delà !

Persuadée que nous devons reprendre notre avenir en main !!!!

 

Patricia JARNO

La brochure

La brochure

L'autocollant

L'autocollant

Le slogan du tee shirt

Le slogan du tee shirt

Essor Savoyard du 22 janvier 2015

Essor Savoyard du 22 janvier 2015

__________________________________________________________________

Nous, les Amis de la Terre en Haute Savoie reprenons  notre bâton de pèlerin pour poursuivre notre lutte contre le projet de centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny, lutte commencée maintenant il y a plus de 4 ans.

Et nous vous invitons tous                            
                          
le vendredi 23 janvier à partir de 18 h30,

                          Salle des Papeteries, 22 allée des Harmonies

                                     (face à la maison des associations) à Cran-Gevrier

AU LANCEMENT DE NOTRE CAMPAGNE «  Nous ne sommes pas minoritaires » en réponse à JL Rigaut sur TV8 Montblanc qui a prétendu le contraire en novembre dernier.

Il vous sera présenté à cette soirée notre nouvel autocollant ( à apposer sur chaque voiture, vélo, poussette...), et notre brochure reprenant les éléments de fond du dossier afin de vous apporter une information que les porteurs du projet ne vous donnent pas et que vous êtes en droit de savoir non ?

2015 est une année décisive. C'est maintenant qu'il faut exprimer massivement notre refus de ce projet en le montrant, en le disant, en le faisant savoir encore et toujours aux habitants des 13 communes de la C2A. Tous, nous sommes concernés !

Vous pourrez vous approvisionner en autocollants, tracts, brochures, tee-shirts toute la soirée jusqu'à 22 heures.

Ensuite ce sera à la permanence des Amis de la Terre à la maison des Assocs le mercredi entre 17 et 19 heures ou par l'intermédiaire des correspondants qui habiteront le plus proche de chez vous. Je lance d'ailleurs un appel à volontaires pour devenir « correspondants » (si vous êtes intéressé, écrire à contact@amisdelaterre74.org) ou renseigner le chapitre "contact" de ce blog.

Un repas léger préparé par Laurène Pellarini (formatrice en cuisine biologique) vous sera également proposé afin que nous passions un moment convivial et que nous puissions prendre le temps d'échanger entre nous sur le dossier et de mieux nous connaître. 

Je vous attends donc nombreux le 23.

Amicalement
Patricia Jarno

__________________________________________________________________

Le dernier recours contre le projet d'aménagement des Trésum (ancien hôpital d’Annecy) a échoué. Ce projet va donc voir le jour.

Contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, il n'y a aucune raison pour que l'issue soit la même s’agissant du projet de Centre de Congrès sur la presqu’île d’Albigny.

En effet, ce dernier projet :
   - ne respecte pas la loi Littoral,
   - ne respecte pas les espaces boisés remarquables,
   - n'est pas actuellement réalisable du fait de l’annulation partielle par le tribunal administratif du Plan Local d’Urbanisme d’Annecy le Vieux,
   - est largement compromis par le recours déposé récemment contre le Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) du bassin annécien,
   - doit être financé par l'argent public.

ALORS , POURQUOI FAIRE UN TEL AMALGAME ? …

Notre combat contre la construction d’un centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny n’est pas terminé, et nous le gagnerons !

___________________________________________________________

Chers donateurs,

Je tiens à vous dire qu'au-delà de votre participation financière indispensable pour financer les recours, je suis très touchée par vos marques de sympathie et d'encouragement : certains voudraient faire plus, d'autres regrettent de ne pas venir aux réunions...

Sachez que vous êtes tous formidables, chacun apportant à sa mesure et nous faisant avancer pas à pas mais sûrement.

Et ô combien cela fait du bien à notre équipe qui ne ménage pas ses efforts (depuis 4 ans pour les premiers) pour vous tenir informés, et lutter contre ce projet qui est bien plus qu'un immense bloc de béton que l'on voudrait implanter sur notre presqu'île d'Albigny : il s'agit d'une décision autoritaire d'élus, aveuglés par des années de pouvoir pour certains, qui ne voient plus depuis longtemps ce qui compte pour sa population.

En ont-ils déjà eu vraiment conscience ?

Alors certains ne vont pas manquer de me dire qu'ils y pensent car ils proclament haut et fort que ce projet va créer des emplois, le chiffre de 900 a même été avancé ! Si l'on regarde ça de plus près, nous nous rendons compte bien vite que ces chiffres ne reposent sur rien de concret (sur ce point et bien d'autres, http://centrecongres-albigny.over-blog.com/ ), juste des propos de circonstances repris par tous les porteurs de grands projets inutiles pour faire avaler la pilule des coûts exorbitants de construction.

Sur ce coup là, il faut bien dire que la C2A n'a pas encore délivré son ordonnance.... Pourtant il y a des choses qui ne s'achètent pas, bien plus précieuses que les autres parce qu'elles n'ont pas de prix. Admirer un coucher de soleil sur les vieux bancs devant la villa Abeille, ça n'a pas de prix. Se promener dans la presqu'île seul ou accompagné, profitant de ces arbres magnifiques ça n'a pas de prix.

J'invite les porteurs du projet à se promener sur ces lieux. L'ont-ils jamais fait?

Peut-être comprendraient ils alors que nous sommes tous faits pour grandir et non grossir.

Amicalement

Patricia Jarno

Présidente des Amis de la Terre en Haute-Savoie 06 24 27 45 04

Ps : si vous voulez rejoindre notre équipe de bénévoles, écrivez à contact@amisdelaterre74.org ou tél : besoin d'infographistes, informaticiens...

Annecy le 6 décembre 2014

___________________________________________________________

Voici les liens vers une liste de sites qui participent concrètement à la protection des berges du lac d'Annecy que vous pouvez nous aider à compléter :

- En premier lieu, notre géniteur, (membre du collectif de défense de la presqu'île d'Albigny), l'association d’intérêt général, « Les Amis de la Terre-74 » et en particulier le chapitre consacré au projet de centre de congrès.

- Le blog "Défense de la presqu'île" tenu par un groupe de citoyens locaux, qui fournit des informations, en particulier juridiques et économiques :

 - L'association de défense des berges du lac d'Annecy (membre du collectif de défense de la presqu'île d'Albigny). ALAE (Lac Annecy Environnement) :

 - L'association de protection de la nature (membre du collectif de défense de la presqu'île d'Albigny) la FRAPNA et en particulier la page faisant référence au projet de centre de congrès.

- Le site d’information, associatif et solidaire, Yonne Lautre, et en particulier la page concernant la presqu'île d'Albigny.

- Le site d'info libre sur l'écologie "Reporterre" et en particulier la rubrique destinée aux Grands Projets Inutiles qui fait référence à notre blog

 - L'association "Plus belle ma vie" située à Annecy-le-vieux.

 - Le site “librinfo74.fr”, édité par l’association AAPLE (Association Annécienne pour la Promotion de la Liberté d’Expression), et surtout les articles consacrés à nos actions contre l'implantation d'un centre de congrès

 - Le blog de "café repaire" de Annecy Meythet. qui sait parler de la presqu'île d'Albigny.

Réunion publique du 19 novembre 2014 (Essor Savoyard)

Réunion publique du 19 novembre 2014 (Essor Savoyard)

Réunion publique du 19 novembre 2014 (Dauphiné libéré)

Réunion publique du 19 novembre 2014 (Dauphiné libéré)